Planvenguda peth siti deth Ostau Comengés
Bienvenue sur le site internet d'Eth Ostau Comengés

Qué de nau ?

Planvenguts en Hauta Garona,
planvenguts en çò de nòste ?


Bilhèu que les avetz vistes, eth Conselh Departamentau de Hauta Garona qu'acaba de posar panèus de sinhalizacion bilingües, en francés e en occitan !
Se prenguetz era RD 825 entram Loras e Banhèras de Luishon, que vos cau daurir eths uelhs e que i veiratz de polides panèus : « PLANVENGUDA EN HAUTA GARONA ».
Que volem saludar aciu aquera iniciativa deth Departament dera Hauta Garona.
Per tant qu'eth francés e sia sus eth panèu de dessús, que veiratz qu'eras duas lengas e son a egalitat en talha e polícia de caractèr. En mès deth logò deth Conselh Departamentau, que i a ua crotz occitana, tota ua simbolica tara reconquista dera dignitat e dera legitimitat d'ua lenga, e pas d'un « patois ».
Que sabem que fòrça locutors naturaus ja van díguer « patuès » dambe un connotacion afectiva evidenta, mès se legim eth diccionari dera Academia Francesa, aquiu que càmbia de musica : « Patois : Variété d’un dialecte qui n’est parlée que dans une contrée de faible étendue, le plus souvent rurale.(....) Par extension. Péj. Langage pauvre et rustique, jargon incompréhensible. »
Pr'aquò, aquera lenga qu'ei dempús sègles lenga escrita de dret e de governament e plan segur lenga literària que trelusís deth temps deths trobadors dinca ara. Aquò j'ac sabem totes. E desbrembem pas tanpòc que's balhèc ua academia literària dambe eth Consistòri del Gai Saber en 1323 a Tolosa, 312 ans abans que Richelieu n'avessa idèia de montar era « Académie Française »...
Tornem-mo'n ara sus aquera RD 825 on, en un detzenat de quilomètres, que cambiam tres còps de departament, a Loras, Bagiri e Estenòs.
Que passam tres còps era madeisha termièra administrativa mès que sòm tostemps pera madeisha arribèra, passam pas cap de montanha, tostemps ath cance de Garona, en Comenge corau, mès eths subresauts dera Istòria e era centralizacion ara francesa de mès en mès fòrta qu'acabèren per divisar en dus un territòri unit dempús eths Convènis, donc abans era conquèsta romana : un sol airau etnic, geografic, lingüistic e culturau, Aran comprés !
A pena se gòsi parlar de Senta Maria de Varossa, aqueth vilatge qu'ei partatjat en dus, d'un costat dera carrèra en « Hautes-Pyrénées » e eth aute en « Haute-Garonne ». De còps, un proprietari que pòt aver era maison d’un costat e eth casau o era bòrda deth aute, o arrevèrs : que s'i cau pas pèrder eras aucas ! Qu'ei de mau comprénguer mès pr'aquò qu'ei atau.
Parlar de senhalizacion que vos hè pensar ara toponimia. Aquiu, que podem saunejar ua estona, ara que fòrça comunas botan en plaça un adreçatge, perqué pas imaginar ua sinhalizacion bilingüa generalizada o tostemps encoratjada ? Que mos estauvieria mau de uelhs devant eras incoeréncias gessudas dera absurditat deth sistèma d'aperacion deras vias impausat pera Pòsta : « Rue la Carrerasse », a Cassinhabèra per exemple, e quantes atau ? « Rue de la Carrère », « Impasse du Carrerot »... Ja'n devetz véder per çò de vòste ça'm par, ja les podetz comptar.

Sonque eths panèus d'entrada deths vilatges, ja seria un acte anecdotic mès hòrt simbolic s'aueitam era Istòria e sustot eth nòste futur ací, en Comenge. E atau eth monde que mos visitan s'i coperian pas eth cap abans de lançà's en prononciacions deras aventurosas : Eth Cunh / Le Cuing, Benca / Benque. Que vos ac dèishi imaginar... E totun, ja i a encara trabalh, quan entenem eras reaccions deras vergonhosas dera Intelligentsia autoproclamada, sus eth accent gascon deth navèth Prumèr Ministre Jean Castex...
Bon estiu a totes e síatz hardits !


Matiu Fauré








Quoi de neuf ?

Bienvenue en Haute-Garonne,
bienvenue chez nous ?


Vous les avez peut-être déjà vus, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne vient de mettre en place des panneaux de signalisation bilingues, en français et en occitan !
Si vous prenez la RD 825 entre Loures-Barousse et Bagnères-de-Luchon, regardez-bien et vous verrez de beaux panneaux : « BIENVENUE EN HAUTE-GARONNE - PLANVENGUDA EN HAUTA GARONA ».
Nous tenons donc ici à saluer chaleureusement cette initiative du Département de la Haute-Garonne.
Bien que le français soit sur le panneau supérieur, vous remarquerez que les deux langues sont traitées équitablement en termes de taille et de police de caractère. En plus du logo du Conseil Départemental, apparaît aussi une croix occitane, tout un symbole pour la reconquête de la dignité et de la légitimité d'une langue et non d'un « patois ».
Il est vrai que beaucoup de locuteurs naturels diront « patuès » avec une connotation affective évidente mais, si nous consultons le dictionnaire de l'Académie Française, le sentiment n'est plus du tout dans le même registre : « Patois : Variété d’un dialecte qui n’est parlée que dans une contrée de faible étendue, le plus souvent rurale. (...) Par extension, Péj. Langage pauvre et rustique, jargon incompréhensible. »
Pourtant, cette langue est depuis des siècles langue écrite de droit et de gouvernement, et bien sûr langue de haute littérature qui brille depuis les troubadours jusqu'à aujourd'hui. Cela, nous le savons tous ! Mais n'oublions pas non plus qu'elle se dota d'une académie littéraire, avec le Consistoire du Gay Savoir qui naquit à Toulouse en 1323, 312 ans avant que Richelieu n'eut idée de monter l'«Académie Française »...
Mais revenons sur cette RD 825 où en une dizaine de kilomètres à peine, nous changeons trois fois de département, à Loures-Barousse, Bagiry et Estenos. Nous franchissons trois fois la même limite administrative ; pourtant, nous sommes toujours sur la même plaine, nous ne passons pas de montagne, nous suivons les bords de la Garonne, au cœur du Comminges, mais les aléas de l'Histoire et la centralisation à la française de plus en plus forte ont fini par diviser en deux un territoire uni depuis les Convènes, donc bien avant la conquête romaine, une seule ère ethnique, géographique, linguistique et culturelle, Aran inclus !
Et c'est à peine si j'ose vous parler de Sainte-Marie-de-Barousse, ce village coupé en deux, avec un côté en « Hautes-Pyrénées » et un autre en « Haute-Garonne ». Ainsi, un même propriétaire peut avoir sa maison d'un côté et son jardin ou sa grange de l'autre ou vice versa : c'est à s'y emmêler les pinceaux ! C'est incompressible mais bien réel.
Parler de signalisation doit vous faire penser à la toponymie et là, nous pouvons rêver un peu car, à l'heure où beaucoup de communes mettent en place un système d'adressage, pourquoi ne pas imaginer une signalisation bilingue généralisée ou du moins encouragée ? Cela nous éviterait d'avoir mal aux yeux devant les incohérences nées de l'absurdité du système d'appellation des voies imposé par la Poste : « Rue la Carrerasse », à Cassagnabère par exemple... Et je ne sais combien dans ce genre : « rue de la Carrère », « Impasse du Carrerot »... Vous devez sans doute en rencontrer chez vous aussi, vous pouvez les compter.
Ne serait-ce que mettre en occitan les panneaux d'entrée des agglomérations, cela peut paraître anecdotique mais ô combien symbolique au regard de l'Histoire et de notre avenir, ici, en Comminges. Ainsi, les personnes qui viennent nous visiter s'éviteraient des complications et des prononciations hasardeuses, en voulant prononcer le nom des villages : Eth Cunh / Le Cuing ; Benca / Benque, je vous laisse imaginer.... Et pourtant, il y a encore beaucoup de travail quand on entend les réactions des plus honteuses de l'Intelligentsia autoproclamée, sur l'accent gascon de nouveau Premier Ministre Jean Castex...
Bel été à tous et soyez hardits !


Matiu Fauré
Une EOC



Era hèsta deth soltisci d'estiu mès autraments


Qu'entram ena temporada de Sent Joan, eths dias que van pujant e un bricalh pertot que comença de sentir bon eth henc, era aulor dera èrba copada.
Enguan, eras hèstas de Sent Joan que seràn empachadas pera crisa sanitària. Non poiram pas anar en çò de vòste entà escambiar ath torn dera tradicion e dera hèsta.
Pr'aquò, mos cau pas desbrembar qu'aquera hèsta ei patrimòni reconegut pera UNESCO. Alavetz qu'avem decidat de contunhar de vos acompanhar e que mos invitam a vòsta per Facebook.
A compdar deth 15 de junh e dinca eth 28 de junh, tot dia a 18 h, arretrobatz Matiu Fauré pendant quauquas minutas.
Que boteram en linha quatorze videòs sus aqueste subjècte.
Après cada episòdi, Matiu que serà present entà respóner aths vòstes comentaris : questions, reaccions o reflexions pr'amor que i aurà fòrça causas a díguer e a partatjar.
Que parleram dera hèsta e tanben de totas eras questions e problematicas que i a ath torn.
En madeish temps, qu'èm a preparar un navèra pagina wèb, dambe tot çò que cau saber sus era hèsta deth huec deth solstici d’estiu, tot çò que s'a passat dempús eth 1èr de decembre de 2015 e eth classament UNESCO. Que i troberatz tanben documentacion mès detalhada...





La fête du solstice d'été mais autrement


Nous rentrons dans le cycle de la Saint Jean, les jours se font de plus en plus longs et un peu partout, ça commence à sentir bon le foin, l'herbe fauchée.
Cette année, les fêtes de Saint Jean sont compromises par la crise sanitaire. Nous ne pourrons pas venir chez vous à votre rencontre pour echanger autour de la tradition et de la fête.
Pourtant, nous ne devons pas oublier que cette fête est patrimoine reconnu par l'UNESCO. C'est pourquoi nous avons décidé de continuer à vous accompagner en nous invitant chez vous par Facebook.
À partir du 15 juin et jusqu'au 28 juin, tous les jours à 18 h, retrouvez Matiu Fauré pendant quelques minutes.
Nous mettrons en ligne quatorze vidéos sur ce sujet.
Après chaque épisode, Matiu sera présent pour répondre à vos commentaires : questions, réactions ou réflexions car il y aura effectivement beaucoup à dire et à partager.
Nous parlerons de la fête mais aussi de toutes les questions et problématiques qui se posent autour de tout cela.
En parallèle, nous vous préparons une nouvelles page internet avec tout ce qu'il faut savoir sur la fête du solstice d'été, tout ce qu'il s'est passé depuis le 1er décembre 2015 et le classement UNESCO. Vous y trouverez également de la documentation plus détaillée sur le sujet…


Une EOC


Ua platafòrma multimedia tara cultura gascona !


A hum ! Coma « a hum de calhaus ! » Atau s'apèra era tota navèra platefòrma de difusion de medias en gascon creada pera associacion Imatges de Gasconha. Aqueth espaci dedicat cap e tot ara cultura gascona que vos va perméter de trobar ua gran causida de contenguts en lenga nòsta en linha.
A Hum qu’ei alavetz ? Qu'ei prumèr ua equipa de realizators, de jornalistas, de benevòles qu'aiman e que vòn hèr partatjar era Gasconha. A Hum qu’ei ua expression : exprimar ua tèrra, ua lenga, ua faiçon de víver. Conscients deth manca grèu de visibilitat e d'accesibilitat que'n pateish era paraula gascona, aqueths actors de terrenc qu'an decidat de federà's ath torn d'aqueth navèth media qu'arrespon a donc a un besonh vertadèr !

Plan concretament, que son quate associacions – Eth Ostau Comengés, Féderation Vivre au Pays-Radiò País, Nosauts de Bigòrra e Numériculture-Gascogne – que mutualizan eras suas produccions audiovisualas entà auherir un media internet tot consacrat ara creacion gascona.
Que vos seràn proposadas per aqueth hialat rubricas divèrsas que seràn regularaments renoveladas peths diferents partenaris e que i poderatz trobar tot çò que's hè de mès bon en gascon : captacions de concèrts, portrèts, films e documentaris etnografics, emissions de radiò, cronicas, gasconadas, entà arríder e plan d 'autas causas encara !

Que troberatz totas eras informacions d'accès e procèsses d'abonament dirèctament peth siti !

Alavetz rendètz-vos aquiu : www.ahum.fr/

Une plateforme multimédia pour la culture gasconne !


A hum !Comme « a hum de calhaus ! » Tel est le nom de cette nouvelle plateforme de diffusion de médias en gascon crée par l'association Imatges de Gasconha. Cet espace intégralement dédié à la culture gasconne va vous permettre d'acéder à un grand choix de contenus dans notre langue et en ligne.
A Hum qu’est-ce que c'est alors ? C'est avant tout une équipe de réalisateurs, de journalistes, de bénévoles qui aiment et veulent faire partager la Gascogne. A Hum c'est une expression : Exprimer une terre, une langue, une façon de vivre. Conscients du manque cruel de visibilité et d'accessibilité dont souffre la parole gasconne, ces acteurs de terrain ont décidé de se fédérer autour de ce nouveau projet qui répond donc à un véritable besoin !

Plus concrètement ce sont quatre associations – Eth Ostau Comengés, Féderation Vivre au Pays-Radiò País, Nosauts de Bigòrra et Numériculture-Gascogne – qui regroupent leurs productions audiovisuelles pour offrir un média internet entièrement consacré à la création gasconne.
Cette réalisation se donne pour objet de répondre à une demande Vous seront proposées par ce réseau des rubriques diverses qui seront régulièrement alimentées par les différents partenaires et vous pourrez y trouver tout ce qu'il se fait de mieux en gascon : captations de concerts, portraits, films et documentaires ethnographiques, émissions de radio, chroniques, gasconnades, pour rire un peu, et bien d'autres choses encore !

Vous trouverez toutes les informations d’accès et les formalités d'abonnement sur le site internet.

Alors rendez-vous sur : www.ahum.fr/


Une EOC



Que trebalham entà deman !


Demèst totas eras produccions deth Ostau Comengés que podetz trobar sus http://www.oralitatdegasconha.net, ena botiga en linha o sus era basa de dadas que partatjam dambe eth nòstes amics de Nosauts de Bigòrra, que i a tota un mirgalhadís de petites tresaurs, e que vau era pena d'anar hurgar de temps en temps, entà véder eras nautats o tot simplament préngeur eth temps de tornar escotar, auèitar o líger aqueths documents qu'avem dejà.

Ja mos entenèrem a díguer mès d'un còp, e ça'm par vosautes tanben, que hèvan un bricalh de « bèth temps a », çò que cau interpretar coma un passeïsme reductor, fossilisar o museificar ua cultura a un atge d'aur perdut e amassà'n erasbrasas encara caudas o aumens vivas en cap dera gent que van encontrar.

Se hèm justament tot ath long deth an aqueth trabalh de recuelh deth PCI, qu'ei en un prumèr temps entà sauvar ua cultura en dangèr , o en tot cas en gran mutacion, ua vision endemica deth mon, mès qu'ei sustot en nòste cap ua matèria viva e fertila entà pensar e noirir era nòsta reflexion sus era identitat occitana, gascona e pirenenca e encotatjar ua reapropriacion. Qu'ei tanben de portar responsas aras questions que's pausan ara societat occitana d'aué quan parlam de pedagogia, de societat, de politica ath sentit prumèr dera causa, de desvelopament locau e durable, d'economia...etc.

E justament que i vedem uas quantas tralhas que podem seguir.

Se parlam de memòria per exemple, que trobatz un hèish de testimoniatges sus era istòria e mes que tot sus eras guèrras, viscudas o vistas dempús ací. Que vedem era istòria tau coma e's passèc e pas coma la mos ensenhèren oficialament que mos arredem compde que i a discorses plan diferents, diferentas, sustot quan i botem eth uman en prumèra plaça e que pensam era causas d'a on mos trobam e pas dempús ua captila per exemple. Aquiu dessús que podetz véder o tornar véder Eras hemnas dera Baderca e auèitar eths darrèrs libes sortits : Ceux de Betchat dans la Grande Guerre e Les Couserannais racontent 39-45.

Tot aquò que ven esclairar tot eth trabalh de memòria dambe ua mirada navèra se pensam per exemple ath trabalh miat pera equipa deths Camins dera Libertat e totas eras iniciativas de cooperacions transfrontereras que vedem es.hlorir un bricalh pertot dempús quauquas annadas.

Se tornatz a auèitar eth libe-CD de Domenge Barés Entram Milhars e Shenh, ger, ué deman o encara Entà Sent Joan, era dalha ena man, qu'ei aquiu clar en tot partir d'aquera matèria cuelhuda sus eth terrenc, que devem miar e tostemps aprengondir era reflexion sus ço qu'ei estat era nòsta evolucion pendent sègles o sonque entram duas generacions, saber díguer çò que hè çò que sòm e après imaginer solucions o proposicions adapatadas ara nòsta realitat e poder respóner aras problematicas de ara, las que mos tòcan directament.

Qu'avem dejà parlat ací de valoritzar nosautes madeishes çò qu'eras elitas autoproclamadas superioras mespresan autanplan de còps coma era gent deth país pr'aquò portaira d'aqueth eretatge. Era publicacion sus Era Sent Joan en Comenge e Varossa, qu'ei plan apreciada e que vedem a madurar eths fruts d'aqueres esfòrçes collectius. Era reconeishença pera UNESCO d'ua hèsta nòsta mès tanben d'eras nòstas contribucions en aqueth aubiatge internacionau mos hèn prénguer conciéncia encara mès deth sens dera nòsta mission e dera nòsta fonccion de referent culturau tath Comenge que sia localament o mès enlà. Mès eth camin qu'ei encara long e eths camps d'exploracion immenses ! Mès coma digèren ath IV Simposi internacional de focs festius a la Mediterrània, en noveme passat a Andorra la Vella : « tant que poscam, que contunheram ! ».

Matiu Fauré


Nous travaillons pour demain !


Parmi toutes les productions d'Eth Ostau Comengés que vous pourrez trouver sur http://www.oralitatdegasconha.net dans notre boutique en ligne ou dans notre base de données que nous partageons avec nos amis de Nosauts de Bigòrra, il y a une multitude de petits trésors, et ça vaut vraiment la peine de les parcourir régulièrement, aller voir les nouveautés ou tout simplement prendre le temps d'écouter, de regarder ou de lire des documents que nous connaissons déjà.

Nous nous sommes déjà entendu dire plusieurs fois, et sans doute cela vous est-il arrivé de l'entendre vous aussi, que nous faisions un peu de « bèth temps a », ce que l'on peut traduire par un certain passéisme réducteur, fossiliser ou muséifier une culture à un âge d'or perdu et en collecter les braises encore chaudes ou du moins vivantes dans l'esprit des gens que nous rencontrons.

Si nous faisons justement tout au long de l'année ce travail de recueil du PCI, c'est avant tout pour sauver une culture en danger, ou en tous cas en grande mutation, une vision endémique du monde, mais c'est surtout, dans notre esprit, une matière vivante et fertile pour penser et nourrir notre réflexion sur l'identité occitane, gasconne et pyrénéenne et encourager sa récupération. C'est aussi apporter des réponses aux questions qui se posent dans la société occitane d'aujourd'hui lorsqu'il faut parler pédagogie, société, politique au sens premier du terme, développement local et durable, économie etc…

Et justement nous y retrouvons des pistes que nous pouvons suivre.

Si nous parlons de mémoire par exemple, vous trouverez quantité de témoignages sur l'Histoire et surtout sus les conflits armés, vécus ou vus depuis ici. Nous y voyons l'Histoire telle qu'elle s'est passée et pas forcément telle qu'on nous l'a enseignée officiellement. Nous nous rendons compte qu'il y a des discours bien différents, surtout si nous mettons l'accent sur l'humain et si nous pensons les choses depuis là où nous nous trouvons et non depuis une capitale par exemple. Sur cette question, vous pouvez aller voir ou revoir Eras hemnas dera Baderca et les derniers ouvrages parus : Ceux de Betchat dans la Grande Guerre et Les Couserannais racontent 39-45.

Tout ceci vient éclairer tout le travail de mémoire avec une lumière nouvelle, nous pensons par exemple au travail mené par l'équipe des Chemins de la Liberté et toutes les initiatives de coopération transfrontalières que l'on voit se mettre en place un peu partout ces dernières années.

Si nous nous replongeons dans le livre-CD de Dominique Barés Entram Milhars e Shenh, ger, ué deman ou encore Entà Sent Joan, era dalha ena man, il apparaît clairement qu'à partir de cette matière première issue du terrain, nous devons intensifier la réflexion sur ce qui a été notre évolution, que ce soit à l'échelle des siècles ou seulement à l'échelle de deux générations, savoir dire ce qui fait ce que nous sommes et après pouvoir imaginer les solutions ou les propositions adaptées à notre réalité et pouvoir répondre aux problématiques du moment, celles qui nous concernent directement.

Nous avons déjà parlé ici de valoriser nous-mêmes ce que les élites autoproclamées supérieures méprisent, comme parfois les gens du pays eux-mêmes, bien qu'ils soient porteurs de cet héritage. La publication sur Era Sent Joan en Comenge e Varossa connaît un succès qui ne se dément pas, nous y voyons là le signe que les efforts collectifs commencent à porter leurs fruits. La reconnaissance par l'UNESCO d'une fête qui nous est propre ainsi que de nos contributions au niveau des rencontres internationales, nous font encore davantage prendre conscience du sens de notre mission et de notre rôle de référent culturel pour le Comminges tant au niveau local qu’international. Mais le chemin sera long et les champs d’investigation immenses mais comme nous l'avons dit en novembre dernier a Andorra la Vella lors du IV Simposi internacional de focs festius a la Mediterrània, : « tant que nous pourrons, nous continuerons !».



Mathieu Fauré


Une EOC


Aurinhac
Viatge occitano-catalan entaths collegians



Deth 4 ath 7 de heurèr, 18 gafets de 4au deth collegi Émile-Paul Vayssié d’Aurinhac que participèren a un viatge escolari en Catalonha, daguens un projècte pedagogic organizat peths professors d’Occitan e de Latin. Gràcia ad aqueth « parcors romanic », aqueres joens comengeses que horen sensibilizats ara parentat lingüistica entram eras lengas romanicas e, pendent eth viatge, que poderen botar en practica eras lors coneishenças e familiarizà’s in situ dambe era cultura catalana, sustot qu’èran lotjats a çò de familhas catalanofònas. Que poderen tanben practicar uns quantes còps eth occitan, com quan horen entrevistats per un jornalista de Barcelona Televisió e pendent un talhèr de danças tradicionalas occitanas e catalanas, animat per Joan Codina, musician catalan que balhèc totas eras explicacions en gascon.
Eth viatge que voliá tanben ensenhar eras arrelacions estretas qu’unissen, dempuish bèra estona a, eras tèrras occitanas e catalanas, en tot partir d’un eretatge comun, eth deth Empiri Roman. En aqueth sens, era visita de Tarragona que hoc particularament esclairanta. Eras arrelacions occitano-catalanas ara Edat Mejana que horen tanben evocadas, notadament pendent era visita deth Musèu d’Istòria de Catalonha. Eras especificitats dera cultura catalana non horen pas tanpòc desbrembadas : era visita dera Casa dels Entremesos que permetec de parlar deths Gegants e eth rencontre dambe eths Castellers de Barcelona qu’impressionèc fòrça eths eslhèves. Eth viatge qu’aviá tanben coma tòca de descobrir eth art moderne – visita deth Palau Güell e deth musèu Dalí – sense deishar de costat eras sciéncias, dambe era descobèrta deth Cosmocaixa, on eths gafets poderen realizar experiéncias ludicas e traversar un bòsc tropicau !
Que cau senhalar eth plan bon estat d’esprit deths eslhèves qu’arrepresentèren coma cau eth lor establiment pendent aqueres quate dias. Que les cau ara realisar un carnet de viatge, dambe comptes- renduts deras visitas, impressions, illustracions e petits objèctes personaus. Aqueris trebalhs, acompanhats d’un diaporama, que seràn presentats aths lors parents en fin d'annada escolària.


Aurignac
Voyage occitano-catalan des collégiens



Du 4 au 7 févirer, 18 élèves de 4e du collège Émile-Paul Vayssié d’Aurignac ont participé à un voyage scolaire en Catalogne, dans le cadre d’un projet pédagogique organisé par leurs professeurs d’Occitan et de Latin. Grâce à ce « parcours roman », ces jeunes commingeois ont été sensibilisés à la parenté linguistique entre les langues romanes et, durant ce voyage, les élèves ont pu mettre en pratique leurs connaissances et se familiariser in situ avec la culture catalane, d'autant plus qu'ils étaient logés dans des familles catalanophones. Ils ont pu aussi pratiquer l'occitan à plusieurs reprises, notamment quand ils ont été interviewés par un journaliste de Barcelona Televisió et lors d’un atelier de danses traditionnelles occitanes et catalanes, animé par Joan Codina, musicien catalan qui a donné toutes les explications en gascon.
Le voyage avait aussi pour but de montrer les étroites relations qui unissaient – et qui unissent toujours – les terres occitanes et catalanes, à partir d’un héritage commun, celui de l’Empire Romain. En ce sens, la visite de Tarragonne a été particulièrement éclairante. Les relations occitano-catalanes au Moyen Âge ont aussi été rappelées, notamment lors de la visite du Musée d’Histoire de Catalogne. Les spécificités de la culture catalane n’ont pas non plus été oubliées : la visite de la Casa dels Entremesos a permis de parler des Gegants et une rencontre avec les Castellers de Barcelona a beaucoup impressionné les élèves. Le voyage avait aussi pour but l’art moderne – visite du Palau Güell et du musée Dalí – sans oublier les sciences, avec la découverte du Cosmocaixa, où les élèves ont pu réaliser des expériences ludiques et traverser une forêt tropicale !
Il convient de signaler le très bon état d’esprit des élèves qui ont dignement représenté leur collège durant ces quatre jours. Ils doivent à présent réaliser un carnet de voyage, avec comptes rendus des visites, impressions, illustrations et petits objets personnels. Ces travaux, ainsi qu'un diaporama, seront présentés à leurs parents en fin d'année scolaire.
Une Aurignac

Informacions :


tel. : 05 61 04 49 24
www.ostaucomenges.org
@ : contact@ostaucomenges.org
www.facebook.com/ethostau.comenges
Entà véder eras nòstas actualitats, clicar ací

Entà contactar-mos : contact@ostaucomenges.org

Arretrobatz eras nòstras produccions (libes, libes-CD, DVD) ena nòstra botica en linha
http://www.oralitatdegasconha.net