Planvenguda peth siti deth Ostau Comengés
Bienvenue sur le site internet d'Eth Ostau Comengés


Qué de nau ?

Ua explicacion deth Patrimòni Culturau Immateriau, gessuda d’un article de jornau d'Oriol Cendra, tecnician de cultura populara ath Servei de Cultura de la Generalitat de Catalunya.

En 2003, era UNESCO oficializa un nau concèpte deth patrimòni que da importéncia ara sua part sociala e a on eras gents deth pòble an un ròtle actiu, non solament pr'amor que transmeten e tornar a crear objets, coneishenças e arrepresentacions mès pr'amor eras personas (e eras comunautats) que son eths agents principaus en arreconeishement de çò qu’ei patrimoniau. Aquera nocion de patrimòni (designat « immateriau » e qu’ei un tèma de desbat e de discussion) que dilhèu mos poderiá perméter de valorizar aquera « transmission de coneishenças e de sauvament dera memòria », aquera cultura qu’ei ua manèra de víver, de compréner e d'arrelacionà's damb eth monde e non pas solament ua causida de passa-temps.
Ath madeish temps, utilisar enquiá eths sons limits eth concèpte de Patrimòni Culturau Immateriau, que vòu díser dar ua identitat publica, ua arreconeishença politica, aras personas e aras comunautats formalas e informalas de personas (e non cap aras institucions, de totas fòrmas qu’augen) e legitimar atau eths sons drets culturaus. Entà aquerò, que mos cau virar d’esquiá ara vision arredusida d’aqueth patrimòni immateriau, ara vision que mos pòt miar cap a ua competicion entà « patrimonializar » causas (plan soent damb intencions de promocions toristicas). Atau que pòt acabar que mos dediquem a « patrimonializar » uas hèstas pr'amor dera sua escenografia (e espectacularitat) e non cap entà de çò que celebran (e tanpòc dera manèra qu’ac celebran). Atau que pòt passar que's desbrembe, per exemple, era coneishença deras èrbas bonas e eths sons usatges tradicionaus (davant ua miaça de leis a favor dera patenta farmacologica), e autan plan que's desbrembe de sauvar (davant eras miaças deras administracions), eras usas e costumas dera vesiau sus eth auviatge naturau.
Ua proposicion : qu’avem era escaijença qu’era cultura dèishe d’identificà's damb era lista deths libes mès venudis o damb era quantitat de vendas d’espectacles musicaus o teatraus. Entà aquerò, que mos cau voler qu’eth cooperatisme, eras navas fòrmas d’educacion, eth teatre popular, eth jornalisme civic, eth dret ara sua pròpia identitat, era pesca tradicionalau, era biodiversitat agricòla,  eth accès e era participacion aras politicas culturalas… (enter miei d’autis exemples) que venguan uns bens culturaus. Que mos cau totis hèr sujets (e non cap publics e consumidors) de cultura. E, sustot, que mos cau voler deishar d’èster uns espectadors passius, entà vier personas cultas (o espectadors emancipats…).

Bernat M.

Quoi de neuf ?

Une explication du Patrimoine Culturel Immatériel, issue d’un article de journal d'Oriol Cendra, technicien de culture populaire au Servei de Cultura de la Generalitat de Catalunya.

En 2003, l’UNESCO officialise une nouvelle conception du patrimoine où elle donne de l’importance à sa dimension sociale et où la population a un rôle actif, pas seulement parce qu’elle transmet et recrée des choses, connaissances et représentations, sinon parce que les individus (et les communautés) sont les principaux protagonistes de ce qui est patrimonial.  Cette notion de patrimoine (qualifié de « immatériel », et qui est l’objet de débat et de controverse) pourrait peut-être nous permettre de valoriser cette « transmission de connaissance et de conservation de la mémoire », cette culture qui est une manière de vivre, de comprendre et d’être en relation avec le monde, et pas uniquement une option de loisir.
En même temps, utiliser jusque dans ses limites le concept de Patrimoine Culturel Immatériel signifie doter d’identité publique, de reconnaissance politique, les personnes et les communautés formelles et informelles de personnes ( et pas les institutions, quelles que soient leurs formes) et légitimer ainsi leurs droits culturels. Pour cela, il nous faut se défaire d’une vision réductionniste de ce patrimoine immatériel, de celle qui peut nous conduire à une compétition pour « patrimonialiser » des choses (bien souvent avec des finalités de promotion touristique). Et il peut arriver que l’on s’occupe à « patrimonialiser » des fêtes pour leur scénographie (et spectacularité) et pas pour ce qu’elles célèbrent (et ni de quelle manière elles le célèbrent). Et il peut arriver que l’on néglige, par exemple, la connaissance des herbes médicinales et leurs usages traditionnels (face à un système légal qui favorise la patente pharmacologique), et que l’on oublie de préserver (face aux pression administratives), les us et coutumes de gestion de la propriété communale et des ressources naturelles.
Une proposition : nous avons l’opportunité que la culture cesse de s’identifier avec la liste des livres les plus vendus ou avec les nombres de ventes de spectacles musicaux ou théâtraux. Pour ce faire, nous devrions vouloir que le coopératisme, les nouvelles formes d’éducation, le théâtre amateur, le journalisme civique, le droit à la propre identité, la pêche traditionnelle, la biodiversité agricole, l’accès et la participation aux politiques culturelles… (entre autres exemples) deviennent des biens culturels. Il faut que tous les individus, nous soyons sujets (et pas publics ou consommateurs) de culture. Et, surtout, nous devrions cesser d’être des spectateurs passifs pour devenir des personnes cultivées (ou spectateurs émancipés…).

Bernat M.





Entà véder eras nòstas actualitats, clicar ací



Entà contactar-mos / Pour nous contacter : contact@ostaucomenges.org

Arretrobatz eras nòstras produccions (libes, libes-CD, DVD) ena nòstra botica en linha
Retrouvez nos productions (livres, livres-CD, DVD) sur notre boutique en ligne
http://www.oralitatdegasconha.net