Planvenguda peth siti deth Ostau Comengés
Bienvenue sur le site internet d'Eth Ostau Comengés
Qué de nau ?

Hèsta deth solstici d’estiu 2021
Eth bilan


Deth 12 de junh dinc ath 3 de julhet, Eth Ostau Comengés que multipliquèc eras accions de cap aras escòlas e de cap aths abitants, ara ocasion de Total Festum 2021.
Que volem sauvaguardar e reviscolar eth patrimòni culturau immateriau deth Comenge. Aqueth patrimòni que s’articula ath torn dera nòsta lenga, eth occitan, e tanben de totes eras costumas e saber-hèr deth nòste territòri. Entre totas eras hèstas tradicionalas, era celebracion deth solstici en eths Pirenèus qu'ei reconeguda patrimòni culturau immateriau dera Umanitat pera UNESCO. Alavetz que cercam documents, que cuelhem testimoniatges, qu'acompanham eths organizators, qu'intervenguem enas escòlas…
En un contèxte sanitari encara mauavient, que mos calec composar dambe anulacions o arrepòrts. Qu'intervenguérem peth territòri deras tres comunautats de comunas comengesas, en tot organizar tres conferéncias, quate talhèrs enas escòlas, ua caminada animada. Que preparèrem ua navèra exposicion sus era Sent Joan en Comenge-Varossa, qu'interessèc tant eth adultes coma eths joenes. Que fotografièrem halhars o hars (tèrmes que valen mès qu'eth francés brandon) en preparacion, entà completar era documentacion sus eth patrimòni viu. Enfin, que collaborèrem, a Antishan de Frontinhas, ara cremada deth har, en tot arrestablir eth ceremoniau tradicionau : acompanhament musicau deras autoritats qu'apòrtan eth huec, gafets qu'arressucitan era tutada deths carcòlhs e deths shiulets de pastors quan pujan eras es·hlamas, joenes adultes que hèn virolejar eths halhòts ath torn deth arbe que crama.
Que hórem espantats pera ahida deths mainatges e que trebalham ara, en partenariat dambe era Universitat de Lleida, ara adaptacion d’ua maleta pedagogica, que serà difusada peras escòlas deths dus costats deths Pirenèus. Entà 2022, que sòm contents de véder que de navèras comunas mos sollicitan entà accions de transmission o d'acompanhament. Era celebracion de rotina que s'esquiça a chicas e micas e eth interès deth public que mos ensenha qu'eth monde an hame de tornar aprénguer eths mots e eths gèstes que hèn era personalitat deth nòste territòri que balhan sens aras tradicions gasconas.

Joan Pau Ferrèr

Quoi de neuf ?

Fête du solstice d’été 2021
Le bilan


Du 12 juin au 3 juillet, l’association a multiplié les actions auprès des écoles et des habitants, à l’occasion de Total Festum 2021.
Nous voulons sauvegarder et revitaliser le patrimoine culturel immatériel du Comminges. Ce patrimoine s’articule autour de notre langue, l’occitan, et aussi de toutes les coutumes et savoir-faire de notre territoire. Parmi les fêtes traditionnelles, la célébration du solstice dans les Pyrénées est reconnue patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO. Ainsi, nous recherchons des documents, nous recueillons des témoignages, nous accompagnons les organisateurs, nous intervenons dans les écoles…
Dans un contexte sanitaire encore délicat, nous avons dû composer avec des annulations ou des reports. Nous sommes intervenus dans les trois communautés de communes commingeoises, en organisant trois conférences, quatre médiations pour les scolaires, une randonnée animée. Nous avons réalisé une nouvelle exposition sur la St-Jean en Comminges-Barousse, qui a intéressé autant les adultes que les jeunes. Nous avons aussi photographié les halhars ou hars (termes à préférer au français brandon) en préparation, pour compléter la documentation sur ce patrimoine vivant. Enfin, nous avons collaboré, à Antichan-de-Frontignes, à l’embrasement du har, en rétablissant le cérémonial traditionnel : accompagnement musical des autorités qui apportent le feu, enfants ressuscitant la sonnerie des conques et des sifflets de bergers quand montent les flammes, jeunes adultes faisant tournoyer les halhòts autour du brasier.
Nous avons été impressionnés par l’enthousiasme des scolaires et nous travaillerons, en partenariat avec l’université de Lleida, à l’adaptation d’une mallette pédagogique, qui sera ensuite diffusée dans les écoles des deux versants des Pyrénées. À l'horizon 2022 ; nous sommes aussi ravis de constater que de nouvelles communes nous sollicitent pour des actions de transmission ou d’accompagnement. La célébration de routine s’efface peu à peu et l’intérêt du public montre que les habitants sont désireux de réapprendre les mots et les gestes qui font la personnalité de notre territoire et qui donnent du sens à nos traditions gasconnes.

Joan Pau Ferrèr

Une EOC

Era Sent Joan deths gafets!


Era Sent Joan en Comenge n'ei pas encara acabada, mès que vos volem hèr partatjar era nòsta ahida !

Eras tres trobadas de Clarac, Urau e Sauvatèrra, que mos an permés d'escambiar dambe eth monde sus era realitat dera hèsta, de véder quinas son eras dificultats coma eras perspectivas, moments intimistas e precioses entà mesurar era divesitat de practicas en cada vilatge e de preparar era seguida... Mès Enguan, qu'avem tanben volut priviletgiar eths gafets en tot anar enas escòlas de Senguanhet, Sauvatèrra, Sent Blancat e en collègi d'Aspèth.

Atau, qu'avem sensibilizat mès de 120 dròlles a ua experiéncia pedagogica e musicala inedita. Era mainada qu'avian enquestat a casa sua entà saber quin se passa era hèsta de Sent Joan. E tot çò que mos an condat que mos deishèc estalabornits... Qu'avem sentit a bàter ua cultura autenticament gascona, amagada mès tostemps viva per quauquas maisons, plan lonh deras demonstracions toristicas que vedem en d'autes endrets.

Era nòsta navèra exposicion Era Sent Joan – Comenge e Varossa, que viatgèc donc peras escòlas e era sua partida especiala taths dròlles hec eth son efèt : qu'estèrem negats de questions e de sollicitacions peths mainatges.

Era mainada que horen sustot plan contents de poder practicar ath son torn, fabricar e manejar ua halha e sustot tutar e shiular... Jamès no's volian parar e plan fièris qu'èran d'emportà's shiulets e tutas a casa ! Que tutèren tant que poderen e solide qu'eths parents èran plan contents de les véder a deishar ua estona eth ecrans !

E tiò pr'amor, coma ac descriu Bernat Sarrieu ena Pireneïdo, quan s'halama eth har, que cau hèr gran tapatge dambe tutas, còrnas e cargòlhs entà virar bruishas, podoèras e hantaumes.

Aqueths shiulets e tutas que les ensenhèrem que son vegetaus e de sason. Que son fabricats dambe canaveras que venguen peths varats o ath cance deths arrius, coma era angelica deths prats, qu'aperam mèsleu taruga, ceguda o escornabueu en gascon pirenenc, qu'ei dera familha deras pastenagas sauvatjas e que hèn flors blancas en fòrma de paraploja, las podetz pas mancar.

Tota planta que pòt servir deth moment que haça tuièu mès que cau hèr atencion aras que son podon coma era jeussa (samuquèr maishant).

Eths cargòlhs de mar que son utilizats dempús aumens 18 000 ans en Comenge, totas eras tutas, còrnas e shiulets, que les se hèvan naturaments eths nòstes davancèrs, sense aver seguit brica de solfègi...

Que tocam aciu ua generacion que viu de mès en mès dambe telefonets e peths ecrans tot eth dia, iperconectats d'un costat mès d'un aute costat, desconectats dera natura e de çò que les passa ath torn... Alavetz aquera experiéncia que les ensenhèc que podian hèr causas eres-madeishes e sense crompar arren ! Nosauts, adultes, se trobam un bricalh de temps e de perserveréncia, que podem tornar balhar aths gafets eth gost de hèr e de víver ath país e ara sua mòda ! Se les vatz véder de tan contents qu'èran, que vos asseguri que vau eth còp!

Aquera experimentacion fructuosa que mos ahortís ara tara adapatacion dera futura maleta pedagocica halhaira, version gascona, que preparam en collaboracion dambe era Universitat de Lleida.

Bon estiu a totes !



Sent Joan avec les enfants !


Total Festum en Comenge n'est pas encore tout à fait terminé, mais nous tenions déjà à vous faire partager notre motivation et notre satisfaction !

Les rencontres de Clarac, Urau et Sauveterre, nous ont permis d'échanger avec les habitants sur la réalité de leur fête, de voir les difficultés mais aussi les perspectives, des moments intimistes mais précieux pour mesurer la diversité des pratiques dans chaque village et envisager la suite...
Cette année, nous avons aussi voulu mettre l'accent sur les enfants en allant dans les écoles de Sengouagnet, Sauveterre, Saint Plancard ainsi qu'au collège d'Aspet.

Ainsi, nous avons ainsi pu sensibiliser plus de 120 enfants à une expérience pédagogique et musicale inédite. Les enfants avaient au préalable enquêté autour de chez eux pour savoir comment se passe la fête de la Saint Jean. Tout ce qu'ils nous ont fait remonté comme informations nous a laissé bouche bée... Nous avons pu sentir battre une culture gasconne authentique, certes bien cachée, mais encore vivante dans certaines familles, bien loin des démonstrations touristiques que nous voyons dans certains endroits.

Notre nouvelle exposition Era Sent Joan – Comenge e Varossa a aussi voyagé d'école en école et sa partie spécialement dédiée aux enfants a bien eu l'effet escompté : nous avons été littéralement submergés par leurs questions et sollicitations.

Les enfants ont surtout été enthousiasmé de pouvoir mettre tout cela en pratique, fabriquer et manipuler une halha et bien évidemment de souffler dans les trompes et les sifflets... Ils n'avaient vraiment aucune envie de s’arrêter et étaient particulièrement fiers d'emporter tutas et shiulets à la maison ! Leurs parents étaient certainement très heureux de les voir laisser un temps les écrans !

Car, en effet, comme le décrit Bernat Sarrieu dans la Pireneïdo , lorsque s'embrase eth har, on doit faire le plus grand vacarme possible avec tutas, còrnas et cargòlhs pour éloigner les sorcières et les mauvais esprits.

Ces shiulets et tutas que nous leur avons enseigné sont fait avec des plantes de saison. Ils sont fabriqués avec des plantes à la tige creuse qui poussent dans les fossés et aux bords des ruisseaux comme l'angélique des prés, que nous appelons plutôt taruga, ceguda o escornabueu en gascon pyrénéen. Elle fait partie de famille des carottes sauvages et se reconnaît à ses grandes fleurs en forme de parapluie, vous les repairerez de loin.

Toute plante peut servir du moment où elle forme un tuyau, mais il faut faire attention car certaines sont toxiques comme le sureau hièble par exemple.

Les conques marines sont utilisées depuis au moins 18 000 ans en Comminges, toutes les trompes cornes et sifflets étaient naturellement fabriquées et utilisées par nos ancêtres, sans avoir suivi de solfège...

Nous touchons ici une génération qui vit de plus en plus avec les téléphones portables et sur des écrans tous les jours, hyperconnectés d'un côté, mais, déconnectés de la nature et de ce qu'il se passe autour d'eux... Alors cette expérience leur aura appris qu'ils pouvaient faire quelque chose par eux-mêmes et sans avoir besoin d'acheter quoi que ce soit ! Si nous adultes nous trouvons le temps et la persévérance, nous pouvons leur redonner à ces enfants le goût de vivre au pays et à la mode du pays. Si vous saviez à quel point ils étaient heureux, je vous assure que cela en vaut la chandelle.
Cette expérimentation fructueuse nous conforte pour l'adaptation de la future malette pédagogique halhaire, dans sa version gasconne, que nous préparons en collaboration avec l'Univesitat de Lleida.

Bon estiu a totes !


Une EOC

Aurinhac
Restitucion deth projècte « Canta, gafet ! »


Divendres 21 de mag, eths eslèves de 6au deth collegi Emile-Paul Vayssié qu’avián un arrendetz-vos importent a aunorar ath espaci Sent Miquèu d’Aurinhac : eth concert « Canta, gafet ! ». Aqueth projècte pedagogic, debutat en seteme, qu’a federat quate escòlas (Sent Marcèth, era Toa, Castilhon de Sent Martòri, Francon) e donc eth collegi deth sector. Concretament, cada establiment qu’a trebalhat sus un arrepertòri a basa de cançons tradicionalas e de creacions, en encastre deths programas d’Occitan e d’Educacion musicala. Eths gafets que devián inicialament prénguer part a dus concerts ath printemps mès, pr’amor dera crisa sanitària, n’é cap estat possible. Qu’é donc estat decidat de procedar a captations video en cada establiment. Eths collegians qu’interpretèren siés cançons, duas tradicionalas (La Molièra, Aqueras Montanhas) e quate creacions : Lo còr que’m pataqueja (Nadau), Ensalada (Arredalh), Sò jo (Alidé Sans) e Camina (Guilhèm Surpas, un artista deth Perigòrd qu’èra vengut ath collegi nà rencontrar-les, eth 7 de mag). Aqueras cançons, que son prumèr estadas estudiadas en cors d’occitan, ethçò qu’a permés aths dròlles d’aprénguer eras chifras, eths diás dera setmana, eras partidas deth còs… Après, eth cant qu’é estat trebalhat en Educacion musicala. Acompanhats per dus musicians, Pierre Rouch (acordeon diatonic) e Eric Marilleau (percussions) e encadrats peths sòns professors d’Educacion musicala, d’Occitan e de Francés, eths joesis cantaires que heren pròva d’un brave estrambòrd. Après, qu’escotèren ua conferéncia musicala de Pierre Rouch, qu’é tanben factor d’instruments. Que les presentèc eths diferents tipes d’aboèses e de bodegas deths dus costats deths Pirenèus, deth País Basco ara Catalonha, sense desbrembar era Occitania. Après plan de trebalh tota era annada e fòrça peripecias aquestas darrèras setmanas, eth projècte que’s podec finalament concretizar : ua polida recompensa nà totis eths participants !

Joan Pau Ferrèr


Aurignac
Restitution du projet « Canta, gafet ! »


Le vendredi 21 mai, les élèves de 6e du collège Emile-Paul Vayssié avaient un rendez-vous important à honorer à l’espace Saint-Michel d’Aurignac : le concert « Canta, gafet ! ». Ce projet pédagogique, débuté en septembre, a réuni quatre écoles (Saint-Marcet, Latoue, Castillon-de-Saint-Martory, Francon) et donc le collège du secteur. Concrètement, chaque classe a travaillé sur un répertoire comprenant des chansons traditionnelles et des créations, dans le cadre des programmes d’Occitan et d’Éducation musicale. Au départ, les élèves devaient prendre part à deux concerts au printemps mais, en raison de la crise sanitaire, cela n’a pas été possible. Il a donc été décidé de procéder à des captations vidéo dans chaque établissement. Les collégiens ont interprété six chansons, deux traditionnelles (La Molièra, Aqueras Montanhas) et quatre créations : Lo còr que’m pataqueja (Nadau), Ensalada (Arredalh), Sò jo (Alidé Sans) et Camina (Guilhèm Surpas, un artiste du Périgord qui était venu les rencontrer au collège le 7 mai). Ces chansons ont d’abord été étudiées en cours d’occitan, avec leur professeur, ce qui a permis aux élèves d’apprendre les chiffres, les jours de la semaine, les parties du corps… Puis, le chant proprement dit a été travaillé en Éducation musicale. Accompagnés par deux musiciens, Pierre Rouch (accordéon diatonique) et Eric Marilleau (percussions) et encadrés par leurs professeurs d’Éducation musicale, d’Occitan et de Français, les élèves ont donné leur meilleur d’eux-mêmes, faisant preuve de beaucoup d’enthousiasme. Puis, ils ont assisté à une conférence musicale de Pierre Rouch, qui est aussi facteur d’instruments. Il leur a présenté les différents types de hautbois et de cornemuses des deux versants des Pyrénées, du Pays Basque à la Catalogne, sans oublier l’Occitanie ! Un épilogue réussi pour ce beau projet.



Joan Pau Ferrèr

Une EOC

Recahòrt o Ròcahòrt : occitan blos o occitan ortopedic ?


Que sabem qu'eth Conselh Departamentau de Hauta Garona qu'aima era cultura occitana e qu'ac hè véder dambe accions de mès en mès concretas e en tot balhar mès de visibilitat ara lenga en espaci public.
Après eths panèus de « Planvenguda en Hauta Garona », eth departament que s'èra engatjat a anar mès lonh en tot botar entà cada comuna eth panèu d'entrada de vila en occitan e en francés, en tot conservar era madeisha equitat : eth occitan en prumèr, ath cap de tot, e en autant gròs coma eth francés.
Eth prumèr panèu que ven d’èster posat a « Roquefort-sur-Garonne »... Mès en gascon, quin ac diguetz ? En son Repertòri Toponimic de las comunas de la region Miègjorn-Pirenèus, Patrici Pojada que mos balha duas fòrmas Ròcahòrt / Recahòrt, sense dar mès d'explicacions.
Mès aquiu, pas besonh de nat libe, escotem eths nòstes locutors , que diguen tostemps, ara unamitat : RECAHÒRT.
Qu'arremerciam eth Conselh Depertamentau per aquera realizacion ambiciosa. Que l'encoratjam a contunhar en aqueth sens mès, totun, qu'arregretam qu'eth nom causit sia ací en descalatge dambe eth parlar locau. Qu'ei tanben plan simbolic pr'amor qu'ei eth vilatge d'origina de Francés Fontan, fondator deth Partit dera Nacion Occitana, neishut en 1929 a París e mòrt en 1979 a Còni, (Valadas Occitanas d’Italia) on èra refugiat politic. Sortit d'ua vielha linhada dera noblessa gascona per sa mair - de Cors d'Antràs - era maison familiala Fontan qu'ei tostemps en Prat Vediau de Recahòrt. Fontan que coneguec era lenga en tot frequentar eth professor Pèir Bec, sortit de Casèras. Eth son libe Etnisme de cap a un nacionalisme umanista qu'ei un projècte de societat centrat sus eths hèts etnics e non pas sus eths Estats-nacions artificiaus. Era sua pensada qu'ei ua referéncia entà neurir eth occitanisme modèrne.
Alavetz Recahòrt o Ròcahòrt, n'ei pas sonque ua peleja entre lingüistas... Non, pr'amor aqueres panèus que van aver consquéncias sus era consciéncia identitària deths que les van véder.
Dejà, que sabem qu'era grafia occitana « classica » n'ei pas tostemps compresa peth monde deth país, que crea ua diglossia laguens eths Occitans qu'ei contraproductiva... Que sentim encara enas nòstas enquèstas que i a coma ua mauhida e ua distància cap ath « occitan referenciau », soent sentit coma quauqu'arren d'estrangèr, dera vila, deth Lengadòc, en tot cas plan diferent deth gascon parlat ací. Era grafia, que la cau explicar, hèr mès de pedagogia cap aths adultes e cap aths gafets, e gràcia ara lei Molac, votada eth 8 d'abriu passat, mès de causas que semblan possiblas.
Que cau aprofitar d'aqueth eveniment entà aplanherar eth varat que i a encara entre « intellectuaus » occitans hòra-sòu, e eth monde deth país, depositaris d'aquera cultura naturalament, en tot nèisher...
Que pensam que n'i a pas qu'era coneishença era mès intima e scientifica de totas eras varietats dera lenga tala coma ei parlada que permet de deféner eth nòste aubiatge e d'èster coerents e credibles.
Ath Ostau Comengés, qu'èm prèstes entà ajudar comunas o instucions entà botar panèus e placas en son aubiatge .
Acabem donc dambe Recahòrt, en Tresor dòu Felibrige de Frederic Mistral, que trobam « rec » o « arrec » en fòrça parlars occitans entà parlar d'un arriu o d'ua agüèra encaishats, soent rendut en francés per « ravin ». S'aueitam era geografia deth lòc, que mos trobam sus eth anticlinau deths Petites Pirenèus, aqueth plec geologic, ara confluéncia de Garona-Salat, exactament ath endret on era Garona ven traucar era cinta de montanhetas que pujan entram 500 e 800 m e que van d'Aurinhac dinc a Foish. Recahòrt qu'e's tròba donc sus un accident geologic, ua grana rega qu'entalha era montanha, çò que'n hè un lòc naturalament defensiu, un punt de passatge estrategic susvelhat per un castèth ath cap deth malh.
Ath costat, era famosa « clusa » de Bossens, aute borrolh geologic, que hè era hita naturala, era pòrta bèra deth Comenge corau e primitiu.

Matiu Fauré






Recahòrt ou Ròcahòrt : occitan pur occitan orthopédique ?


Nous savons bien que le Conseil Départemental de la Haute Garonne aime la culture occitane, et il le traduit par des actions de plus en plus concrètes comme en donnant plus de visibilité à la langue dans l'espace public.
Cela a commencé l'année dernière avec les panneaux « Planvenguda en Hauta Garona » où nous avons pu apprécier l'effort qui a été fait de passer en gascon en arrivant vers le Comminges.
Après les panneaux « Planvenguda en Hauta Garona », le département s'était engagé à aller plus loin et d'installer dans chaque commune le panneau d'entrée de ville en occitan et en français, tout en conservant la même équité : l'occitan en premier, en haut, et en caractère aussi grand que le français.
Le premier de ces panneaux vient d’être posé à Roquefort-sur-Garonne... Mais en gascon, comment le dîtes-vous ? Dans son Répertoire Toponymique des communes de la région Midi-Pyrénées, Patrice Poujade nous propose deux formes Ròcahòrt / Recahort, sans autre explication.
Mais ici, pas besoin de livre, écoutons tout simplement nos locuteurs qui disent toujours et à l’unanimité : RECAHÒRT.
Nous remercions le Conseil Départemental pour cette réalisation ambitieuse. Nous l'encourageons vivement à continuer dans ce sens, mais, nous regrettons cependant que le nom choisi soit ici en décalage avec le parler local. Roquefort est très symbolique car il s'agit du village d'origine de François Fontan, fondateur du Partit dera Nacion Occitana, né en 1929 à Paris et décédé en 1979 à Cuneo (Vallées Occitanes d'Italie) où il était réfugié politique. Issu d'une vielle lignée de la noblesse gasconne par sa mère - des Cours d'Entras - la maison familiale est toujours sur le Prat Vediau de Roquefort. Il connut la langue d'oc au contact du professeur Pierre Bec, originaire lui de Cazères. Son livre Ethnisme vers un nationalisme humaniste est un projet de société basé sur les faits ethniques et non sur les États-nations artificiels. Sa pensée est une référence pour nourrir l'occitanisme moderne.
Alors entre Recahòrt ou Ròcahòrt, il ne s'agit pas juste d'une querelle entre linguistes et occitanistes... Non, car ces panneaux vont avoir une incidence sur la conscience identitaire de ceux qui vont les voir...
Nous savons déjà que la graphie « normalisée » de l'occitan n'est pas toujours comprise par les gens du pays, cela crée une diglossie parmi les Occitans qui est contre-productive... Nous sentons encore dans nos enquêtes cette méfiance et distance envers l'« occitan référentiel », souvent ressenti comme quelque-chose d'étranger, de citadin, du Lengadoc bien souvent, en tout cas bien distinct du gascon parlé ici. La graphie, il faut l'expliquer, faire davantage de pédagogie vers les adultes et les enfants, et grâces à la loi Molac, votée le 8 avril dernier, plus d'actions semblent possibles.
Il faut profiter de cet événement pour atténuer ce fossé qui existe encore entre « intellectuels » occitans, hors-sol, et autochtones, dépositaires de cette culture naturellement, par la naissance...
Nous pensons que seule une connaissance intime et scientifique des variétés de la langue telle qu'on la parle ici permet de défendre notre espace et d’être cohérents et crédibles.
À Eth Ostau Comengés, nous sommes prêts à aider les communes ou les institutions souhaitant installer des panneaux ou des plaques dans leur espace. Pour revenir à Roquefort, dans le Tresor dòu Felibrige de Frédéric Mistral, nous trouvons « rec » ou « arrec » dans nombre de parlers occitans pour désigner ruisseau ou de rigole encaissés, souvent rendu en français par « ravin ». En effet, si nous observons la géographie du lieu, nous nous trouvons sur l’anticlinal des Petites Pyrénées, ce pli géologique, à la confluence entre Garonne et Salat, exactement à l'endroit où la Garonne vient percer la ceinture de montagnes qui culminent entre 500 et 800 m d'altitude et qui vont d'Aurignac jusqu'à Foix. Roquefort est donc situé sur un accident géologique, une grande saignée qui entaille la montagne, ce qui en fait un lieu naturellement défensif, un point de passage stratégique gardé par son château en haut de la falaise.
Juste à côté, la fameuse « clusa » de Boussens, autre verrou géologique, marque la porte d'entrée naturelle du Comminges primitif.

Matiu Fauré

Une EOC


Augustum Convenarum !


Era microtoponimia que dispareish pòc a pòc, per un efèt de sedimentacion, un bricalh coma en geologia... E òc que i ei de còps era tendéncia de remplaçar eths noms vielhs per noms mès fantesistas o exotics, en francés o de còps en anglés, tà hèr « modèrne », o en castilhan entà hè mès « latin » e « sudista ». Ua faiçon de s'apoderar un lòc e de netejar eth son sens. Qu'ei tanben eth signe d'ua grana crisa d'identitat, d'un país que's demanda : e qui sòi, jo ? Besonh d'existir en aqueth gran bolhon de cultura mondializada... e voler desmarcà's sense véder que mos i negam encara mès.

Autoctònes o personas qu'arriban entà ací, quan crompan ua maison o lançan ua activitat, que's pensan hèr meravilhas en importar un nom estrangèr entà hèr mès actuau.

Ua auta part, ath contrari, que hèn eth esfòrç de cercar eths noms que i son o aumens d'occitanizar eth son nom.

Mès podem pas díguer arren a diguns pr'amor, era màger part deth temps, eths Comengeses n'avem pas pro d'argalh tà defénder çò de nòste !
Ath costat d'aquò, qu'ei de dòu hèr d'enténer conservasions pintradas d'ispanimes tà hèr encara mès suditas : « basta » « a una otra vez » « muy bien » « hombre »... n'èm pas capables de díguer « pro », « ua aute còp »,« òme », « valent », etc.

Eras vilòtas comengesas s'an hèt ua glòria de batejar carrèras ath noms de personatges dera mitologia nacionalista. Era armada que pèsa hòrt, sustot eths tres marescaus de França, Foch, Joffre e Gallieni, tanben fòrça figuras politicas, religiosas o literàrias francesas : Jeanne d'Arc, Napoléon, De Gaulle, Victor Hugo !
Un conformisme totau e sustot ua amnesia simptomatica dera istòria deth Comenge, dera Gasconha e dera Occitania. Qu'ei un discors tanben : Occitania e Catalonha son pas famosas sonque pr'amor balhèren a França granes marescaus. S'eths representants dera istòria o literatura d'òc son pas pro prestigioses entà aver carrèrs majors ? Mieja excepcion totun, a Montrejau, Bertrand Larada, poèta dera Reneishença gascona, neishut en aquesta vila, qu'a ua carrèra e un collègi ath son nom...

Charles de Gaulle e François Mitterand qu'an eras mès bèras avengudas de Sent Gaudenç e eth praube comte Bernat IV de Comenge, un cuuboish, un carreròt... Qui sap encara qu'era « rue Victor Hugo » èra de tostemps era carrèra deth Barri ?

Mès qui a tanben excepcions, coma a Bolonha, era vila qu'a sauvat pro plan eths noms gascons, o passats ath francés, qu'ajudan tà comprénguer era construccion dera vila : « Barry d'en haut » « Barry d'en bas », « Porte du haut », « Porte du bas »... e ua deras vias era mès importanta en dehòra dera bastida que hè aunor a ua figura dera istòria industriala sortida deth país : « boulevard Raymond Bergougnan ». Aqueth òme, neishut en1858 ath Casterar, comencèc coma obrèr a Tolosa e que montèc dambe eths sues frairs, a Clarmont d'Auvèrnha, un petit talhèr d'articles taths gravaires. Especializats en eths timbres de caochoc, d'aquiu que's lancèren ena aventura insdustriala deths pnèus...

Ua grana via de Clarmont d'Auvèrnha que pòrta eth son nom, autant coma Edouard Michelin, eth son gran concurrent, que crompèc eths establiments Bergougnan.

E un exemple mès recent de tornar botar tà devant eras personalitats deth país, Sent Gaudenç, que hè aunor ath artista Augustus Saint Gaudens, que podetz véder eth son monument baish dera Promenada

Neishut en 1848 a Dublin, Irlandés per sa mair mès Comengés per son pair - e òc son pair qu'èra cordoèr a Aspèth - Augustus qu'arribèc a New York n'avia pas que siés meses. Que comencèc coma aprendís gravaire e qu'acabèc un deths mes famoses esculptors de bronze deth món, ua deras suas òbras monumentalas que's pòt véder en Madison Square Park a New York. Entà hèr uelhicada a sas originas comengesas, que batièc casa sua : New Hampshire Aspet. Se vos passejatz per Aspèth que veiratz ua placa capsús era maison familiala tà brembar aquera epopèia !

Alavetz, s'ètz occitan o deth sud ?

Matiu Fauré



Augustum Convenarum !


La micro-toponymie disparaît petit à petit, par un effet de sédimentation, un peu comme en géologie... En effet, on remarque parfois la tendance à vouloir remplacer les noms anciens par des noms plus fantaisistes ou exotiques, en français ou parfois en anglais, pour faire plus« moderne », ou en castillan pour paraître plus « latin » et « sudiste ». Une façon de s'approprier un lieu et de le vider de son sens. C'est aussi le signe d'une profonde crise identitaire, celle d'un pays qui se demande : et moi, qui suis-je ? Un besoin d'exister dans ce grand bouillon culture mondialisée... et de vouloir se démarquer sans se rendre compte que l'on se noie encore plus.

Des autochtones ou des personnes arrivant pour vivre ici, pensent faire merveille en important un nom étranger lorsqu'ils achètent une maison ou lancent une activité.
Une autre partie, fort heureusement, fait l'effort de chercher les noms existants ou d'occitaniser leur choix.

Mais que pouvons-nous reprocher à qui que ce soit, quand nous-mêmes, les commingeois, ne sommes même pas capables de dire qui nous sommes à ceux qui viennent chez nous ?
Et je ne vous parle même pas de ces hispanismes à outrance qui fleurissent dans les conservations pour paraître encore plus « sudistes »: « basta » « a una otra vez » « muy bien » « hombre »... alors qu'il est aussi simple de dire « pro », « ua aute còp »,« òme », « valent », etc.

Les villes commingeoises ont mis un point d'honneur à baptiser leurs rues au nom des personnages de la mythologie nationaliste. L'armée pèse lourd, surtout les trois maréchaux de France, Foch, Joffre et Gallieni, aussi beaucoup de figures politiques, religieuses ou littéraires françaises : Jeanne d'Arc, Napoléon, De Gaulle, Victor Hugo !
Un conformisme total et surtout une amnésie symptomatique de l'histoire du Comminges, de la Gascogne et de l'Occitanie. C'est un discours aussi : l'Occitanie et la Catalogne ne doivent leur renommées que par ce qu'elles ont donné à la France de grands maréchaux. Les représentants de l'histoire ou de la littérature d'oc ne sont-ils pas assez prestigieux pour avoir de grandes artères à leur nom?. Petite exception toutefois, à Montréjeau, Bertrand Larade, poète de la Renaissance gasconne, né dans cette ville, a une rue et un collège à son nom...

Charles de Gaulle et François Mitterand ont quant à eux les plus belles avenues de Saint-Gaudens et notre pauvre comte Bernard IV de Comminges, une toute petite ruelle oubliée... Qui sait encore que la « rue Victor Hugo » est depuis toujours « era carrèra deth Barri »?

Mais il y aussi des exceptions, comme à Boulogne, où la ville a relativement bien conservé ses noms gascons, parfois en les francisant, ce qui permet de comprendre la construction de la ville : « Barry d'en haut » « Barry d'en bas », « Porte du haut », « Porte du bas »... et l'une des voies principales en dehors de la bastide fait honneur à une figure de l'histoire industrielle issue du pays : « boulevard Raymond Bergougnan ».Cette homme, né en 1858 au Casterar (Castéra-Vignoles), débuta comme ouvrier à Toulouse puis créa avec ses frères, à Clermond-Ferrand, un petit atelier d'articles pour graveurs. Spécialisés dans les timbres de caoutchouc, ils se lancèrent dans l’aventure des pneumatiques...

Une grande avenue de Clermont-Ferrand porte son nom, tout comme Édouard Michelin, son grand concurrent, qui finira par racheter les établissements Bergougnan.

Et un exemple plus récent de mise à l'honneur de personnalités du pays, Saint-Gaudens, revendique l'artiste Augustus Saint-Gaudens, dont vous pouvez voir le monument en dessous de la Promenade !

Né en 1848 à Dublin, irlandais par sa mère mais commingeois par son père - son père était cordonnier à Aspet - Augustus arriva à New York alors qu'il n'avait que six mois. Il débutera comme apprentis graveur et finira comme un des maîtres mondiaux de la sculpture sur bronze, une de ses œuvres monumentales est visible au Madison Square Park à New York . Et pour faire un clin d’œil à ses origines commingeoises, il baptisa sa maison : New Hampshire Aspet. Et si vous vous promenez dans Aspet vous verrez une plaque sur la façade de la maison familiale commémorant cette épopée.

Alors, êtes-vous occitan ou êtes-vous du Sud ?

Matiu Fauré

Une EOC

18 000 ans de cultura de contunh !


Eth Comenge qu'ei un deths parçans de Gasconha eths mès arrics arqueologicament. Eths sitis preïstorics qu'avem que testimónian deth enrasigament deth nòste poblament e dera nòsta civilizacion.
Demèste aqueths lòcs, era tuta pintrada de Marsolans, de còsta Salias, que torna hèr parlar d'era, mès d'un sègle après era sua prumèra exploracion en 1897.
Ua còlha de cercaires pluridisciplinaris deth CNRS, deth Museum de Tolosa, dera Universitat Tolosa - Joan Jaurés e deth musèu deth quai Branly – Jacques-Chirac qu'acaba de publicar, eth 10 de heurèr passat, un estudi ena revista Science Advances, sus un carcòlh descobèrt en aquera tuta en 1931. Que seria eth mès vielh instrument de vent deth món. Era datacion ath carbòni14 de bricalhs d'òsses d'ors e de carbon trobats ena madeisha estrata arqueologia, que permet de situar aqueth objècte a 18 000 ans.
Identificat dera espècia Charonia lampas, que provengueria dera Mar Cantabrica. Aqueth estudi mos ensenha qu'aqueth instrument estèc trabalhat pera man deth òme entà poder tutar laguens. Traças de pigments, deth madeish arroge coma eras pinturas dera tuta, que dèishan imaginar ua fonccion rituala ena cultura magdaleniana a Marsolans.
En aqueth estudi que s'i pòt tanben enténer eth son, un bohaire de còr de musica classica qu'arribèc a hèr nòtas vesias deth dò, dò dièsi e re.
E donc18 000 ans après, se'n demòra quauqu'arren? Arren mès, un gran vueit ? E ben non !
En cada vilatge dera montanha, que i a tostemps carcòlhs de mar, d'origina atlantica o mediterranenca. Que se'n servian eths pastors entà comunicar en montanha, d'ua estiva a ara auta, o entà anonçà's a legas ath torn. Dinca era mentat deth sègle XX e de còps mès tard, eths vaquèrs que i bohavan cada maitin entà qu'eth monde alarguèssan eth bestiar entà hèr pèisher.
Tradiciolanaments que pòden servir en un pialèr de rituaus : Carnaval, calhavaris o protèstas coma taras darrèras manifestacions tara lenga occitana plaça deth Capitòli a Tolosa en 2018.
Bernat Ménétrier Mercadal que mos explica : « en monde dera Mare Nostrum, que i a ua bona quantitat de divèrsas pinturas, mosaïcas, esculturas de cultura grèca antica que mòstran tritons e autas divinitats marinas buhant eths carcòlhs ath torn de Poseidon. (…) Ath sègle XX, eths pescadors deths vilatges menorquins dera còsta d'Algèria que buhavan en un carcòlh entà d'anonciar que tornavan dambe era barca plan cargada, e atau eras hemnas qu'èran avisadas que caliá baishar tara platja dambe eths panèrs, entà un mercadet improvisat, eths pès en aigua ! (...). Aths ans 1970-75, un vesin de Les que portava un carcòlh tà hèr "tapatge" quan eth football deth pòble anava de competicions tà Sent-Gaudenç. »
Bernat Sarrieu, ena sua Pireneïdo, monument de 32 000 vèrses, era nòsta « Mirèio » gascona, que i explica que quan s'ahalama eth halhar, era net de Sent Joan, que tutavan en còrnas e carcòlhs entà virar podoèras e hantaumas.
Pendent Total Festum 2019, ara iniciativa deth Ostau Comengés, eths carcòlhs que s'i tornèren, dambe aqueth son tant caracteristic, tath halhar de Montauban de Luishon e de Sarp. Eths gafets qu'èran plan contents de i poder hèr a boha qui pòt !
Aquò que s'apèra 18 000 ans de cultura de contunh. Totes no'n pòden pas díguer autant, alavetz n'augem pas pòur de çò que sòm : Tostemps Gascons !
Entà'n saber mès e escotar www.cnrs.fr/fr/ce-coquillage-fait-resonner-des-sons-vieux-de-18-000-ans
E tanben enas nòstas videòs Sent Joan Unesco : http://ostaucomenges.org/har.videos.php
Matiu Fauré



18 000 ans de continuum culturel !


Le Comminges est l'une des régions de Gascogne parmi les plus riches archéologiquement. Nos nombreux sites préhistoriques attestent de l'enracinement de notre peuplement et de notre civilisation.
Parmi ces lieux, la grotte ornée de Marsoulas, près de Salies-du-Salat, refait parler d'elle, plus d'un siècle après sa première exploration en 1897.
Une équipe de chercheurs pluridisciplinaires du CNRS, du Muséum de Toulouse, de l'Université Toulouse - Jean Jaurès et du musée du quai Branly – Jacques-Chirac vient de publier, le 10 février dernier, une étude dans la revue Science Advances sur un coquillage découvert dans cette cavité en 1931. Il s'agirait du plus vieil instrument au monde. La datation au carbonne14 de fragments d'os d'ours et de charbon trouvés dans la même couche archéologique, permet de situer cet objet à 18 000 ans.
Identifié à l'espèce Charonia lampas, ce coquillage proviendrait de la Mer Cantabrique. Cette étude nous révèle que cet instrument a été travaillé par la main de l'homme afin de pouvoir y souffler dedans. Des traces de pigments, du même rouge que les fresques murales de la grotte, laissent imaginer une fonction rituelle dans culture magdalénienne à Marsoulas.
Dans cette étude, on peut également entendre le son, un joueur de cor de musique classique a pu sortir des notes proches du do, do dièse et ré.
Et donc 18 000 ans après, qu'en reste-t-il ? Plus rien, le vide total ? Et bien non !
Dans chaque village de la montagne existent toujours des coquillages de ce type, d'origine atlantique ou méditerranéenne. Les bergers l'utilisaient pour communiquer en montagne, d'une estive à l'autre, ou pour s'annoncer à des lieues à la ronde. Jusqu'à la moitié du XXème siècle et parfois plus tard, les vachers y soufflaient dedans tous les matins pour que les propriétaires lâchent le bétail pour aller faire paître.
Traditionnellement le « carcòlh » peut servir à plusieurs rituels : Carnaval, charivaris ou protestations comme lors de la dernière manifestation pour la langue occitane place du Capitole à Toulouse en 2018.
Bernat Ménétrier Mercadal nous explique : « dans le monde de la Mare Nostrum, il existe quantité peintures, de mosaïques et de sculptures de la culture grecque antique qui montrent des tritons et autres divinités marines soufflant dans des coquillage au tour de Poséidon. (…) Au XXème, les pécheurs des villages minorquins de la côte algérienne soufflaient dans ces mêmes coquillages pour annoncer leur retour la barque remplie de poisson, et ainsi les femmes étaient averties qu'il fallait descendre à la plage avec les paniers, pour un petit marché improvisé, les pieds dans l'eau ! (...). Dans les années 1970-75, un habitant de Les portait un carcòlh pour faire du « tapatge » quand l'équipe de football du village allait en compétition à Saint-Gaudens. »
Bernard Sarrieu, dans sa Pireneïdo, monument de 32 000 vers, notre « Mirèio » gasconne, explique que, lorsque s'enflamme le halhar, la nuit de la Saint Jean, on soufflait dans cornes et coquillages pour chasser sorcières et mauvais esprits.
Lors du Total Festum 2019, à l'initiative d'Eth Ostau Comengés, les carcòlhs ont fait leur grand retour, avec ce son si caractéristique, pour le halhar de Montauban-de-Luchon et de Sarp. Les enfants étaient ravis de pour pouvoir y souffler dedans à pleins poumons !
Voilà ce que l'on peut qualifier de 18 000 ans de culture sans discontinuité. Tout le monde ne peut pas en dire autant, alors n'ayons pas peur de ce que nous sommes : Tostemps Gascons !
Pour en savoir plus et l'écouter www.cnrs.fr/fr/ce-coquillage-fait-resonner-des-sons-vieux-de-18-000-ans
Et aussi dans nos vidéos Sent Joan Unesco : http://ostaucomenges.org/har.videos.php
Matiu Fauré

Une EOC

Per delà eras termièras


Eth 23 de gèr passat, a Colmar, devant eths conselhèrs d'Alsàcia, eth prumèr ministre francés ja hec ua declaracion interessenta que passèc guaireben desapercebuda : « Je n’ai jamais été convaincu par ces immenses régions, dont certaines ne répondent à aucune réalité historique ».
Joan Castex n'èra pas encara prumèr ministre ath moment dera famosa refòrma deras regions impausada sense cap de concertacion deth temps de François Hollande... Aquera declaracion, ena boca d'un prumèr ministre, conse de Pradas en Catalonha e dambe un nom plan gascon, qu'ei inedita ! Qu'insistèc en díguer qu'èra « favorable à l'élargissement des compétences pour la Communauté Européenne d'Alsace », çò que dèisha enténer ua volentat politica de descentralizacion navèra e de con·hessar, a miejas, eth gran fracàs dera fusion deras regions. Eths abitans que son lasses d'aquera « reformita » e que s'i pèrden era bossòla ! Que podem bilhèu esparar ua refòrma intelligenta deras regions, coerentas dambe eths espacis geografics e de vita, eras entitats culturalas e lingüisticas que compausan de vertat eth Estat Francés.
Aquera Comunautat Europenca d'Alsàcia, qu'entrèc en fonccion ath 1èr de gèr passat. Qu'amassa en ua sola collectivitat eths departaments de Haut-Rhin e Bas-Rhin, çò que permet ara Alsàcia, negada en aqueth « Grand Est », de sauvar ua autonomia tota relativa... Qu'a recaptat eras competéncias deths departaments e qu'a tanben competéncias especificas pr'amor dera sua situacion geografica en espaci renan, e pr'amor deras institucions europencas qu'a en son senh : Parlament Europenc e Cort deths Drets deth Òme. Era Comunautat Europenca d'Alsàcia qu'ei era sola comunautat que haça tath nivèu locau mès tanben tara cooperacion dambe sons vesins e frairs de cultura germanica d'Alemanha e de Soïssa.
Un exemple a meditar d'aqueste costat deths Pirenèus. Plan segur, eth nòste contèxte qu'ei diferent. Era barrèra mentala dera termièra e que, delà, ei un monde estrangèr, exotic e talament diferent de « la France et des Gaulois », qu'ei encara enrasigat en pregontor en cap deth monde.
E pr'aquò dempús qu'era França a pres eth poder en Occitania, eth colonialisme deth interior s'a pas jamès trigat, autanplan coma eth racisme. Se vam èster « franceses de vertat » o « coma eths autes », perqué tantas discriminacions e tant de mesprètz cap a nosauts ?
De tostemps e ara encara, eths pensaires franceses qu'an contradit aquera unitat mitificada dera França e multiplicat paraulas deras mès vomitivas. En 1942, eth plan famós escrivan Loís Ferdinand Céline lancèc : « Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au-dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié. » (letra a Enric Poulain, secretari de redaccion deth jornau Le Monde).
Un aute escrivan, Jacme Derrida, qu'escriu : « l'accent, quelque accent français que ce soit, et avant tout le fort accent méridional, me paraît incompatible avec la dignité de la parole publique » (Le monolinguisme de l'autre, 1996). E aué, eras caricaturas e trufanderias contra eths accents occitans que contunhan. J'ac vedetz enas prodicccions televisualas francesas, o en çò deths umoristas, eth qu'a un accent occitan plan marcat ja ei tostemps eth pegàs de servici. Que se'n poiria arríder s'èra pas ua atenta grèva ara dignitat umana. E qu'arremarcatz tanben, que quan un film de produccion francesa no's passa pas per París mès « en province », eths actors ja an un accent francés plan lis, neutralisat, plan « pròpe », talament lavat que n'ei fadàs ! Aquera fòrma de discriminacion que s'apèra era glotofobia e que'n patís plan soen eth prumèr ministre, qué que pensem dera sua politica, qu'ei un hèt que mos cau desnonciar.
Sus un punt que vau balhar rason ad aqueras lengas venenosas, n'èm pas etnicament de soca « francesa ». Dejà, eth geograf grèc Estrabon, ath 1èr sègle abans J-C, j'ac diguia : « Eths Aquitans que difèran deths pòbles d'origina gallesa (...) pera lenga que parlan e s'assemblan plan mès aths Ibèrs. »
N'èm pas tanpòc jos-ciutadans, embastardits contra ua raça pura francesa, aquò qu'ei ua nocion deras mes dangerosas semiada pera ideologia supremacista francesa, qu'ei ua fòrma de faishisme, un doç podon qu'era França a sabut semiar : n'i pas nat pòble pur o superior, tot pòble s'a hèt de barrejas de sang, de culturas, dempús era origina dera umanitat.
Qu'èm çò qu'èm, e d'a on èm aciu qu'avem era nòsta plaça en Euròpa, qu'avem totas eras claus entà sortir d'aquera preson dera pensada, era nòsta identitat qu'ei multipla : aquitana, gascona, occitana e pirenenca. Dempús sègles, qu'avem tostemps avut relacions estretas entre vesins de cada costat dera montanha, relacions culturalas, economicas o institucionalizadas.
Eth mès famós tractat de lias e patzerias, eth deth Plan d'Arrem, signat en Hòs per 25 comunautats de cada costat dera montanha, ja ei un exemple emblematic de cooperacion transfronterèra, un monument dera nòsta istòria pirenenca e europenca : qu'ei ua vergonha que non se'n parle mès enas escòlas !
Aquera jurada de 1513 escriuta en gascon, torna prénguer acòrdis mes ancians, qu'assegura que : « .Item. es Estat articulat entre la ditas partides/ quen temps de guerre lous habitants de tous/ lous pais dessus dicts tant d'un estrem/ que dautre pouiran conversar y communicar ensemble/ et fer les feits de marchandises comme dit/ es dessus, lous uns dap lous autres ainsin/ Comme sy ero bonne pats, Et pouiran anar/ sous de la part de France et deus pais dessus/ dits en las terres deu Rey dAragon... »
Mès aué, mès de 800 ans après, eras causas que càmbian doçament, era creacion d'un eurodiscrit, futur Consòrci entram eth Conselh Generau d'Aran d'un costat e era Communauté des Communes des Pyrénées Haut-Garonnaises deth aute que mos da esperança tà ua cooperacion intelligenta entre gascons, entre vesins naturalaments.
Plan solide, aquera reflexion que mos va demandar ua petita revolucion dera pensada, daurir eths uelhs e sustot relativizar eras termièras. Se sòtz encara d'eths que's pensan que quan mo’n vam entà Bossòst mo’n vam en Espanha ? Totun n'ei un panèu « España » que vos despaïsa tant qu'aquò bensè, si ? Qu'ei era madeisha montanha, era madeisha Garona, era madeisha arquitectura e sustot era madeisha lenga e cultura, eth aranés qu'ei ua varietat deth nòste occitan gascon.
E donc meslèu que d'anar tà Bossòst ahartar-vos de paella o crompar ricard a orde, pujatz dinc a Bausen, quan era termièra sia daurida, tastar era vertadèra cosina aranesa, que vos prometi que tròba a torna-t'i ! Qu'avem mila còps mes d'afinitats culturalas dambe eths nòstes vesins araneses que dambe Picards o Normands, e n'ei pas un panèu ne ua termièra qu'ac van cambiar.
Un arreprovèr plan conegut j'ac sintetisa tot :
« Aranesi, Luishonesi, Larbostesi, Loronesi, Bavartesi : totis cosins germans ! »
Matiu Fauré



Au-delà des frontières


Le 23 janvier dernier, à Colmar, devant les conseillers d'Alsace, le premier ministre français a fait une déclaration intéressante mais passée quasiment inaperçue : « Je n’ai jamais été convaincu par ces immenses régions, dont certaines ne répondent à aucune réalité historique »
Jean Castex n'était pas encore en fonction au moment de la fameuse réforme des régions imposée sans aucune concertation sous François Hollande... Une telle déclaration, dans la bouche d'un premier ministre, de surcroît maire de Prades en Catalogne et avec un nom typiquement gascon, est complètement inédite ! Il ajouta même qu'il était « favorable à l'élargissement des compétences pour la Communauté Européenne d'Alsace », ce qui laisse entrevoir une volonté politique de décentralisation nouvelle et avoue ainsi, à demi-mots, le grand échec que fut la fusion des régions. Les habitants sont lassés de cette « réformite » et ils y perdent le Nord ! Osons croire à une réforme intelligente des régions, cohérentes avec les espaces géographiques et de vie, les entités culturelles et linguistiques qui composent réellement l’État Français .
Cette Communauté Européenne d'Alsace est entrée en fonction ce 1er janvier. Elle regroupe en une seule collectivité les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, ce qui permet à l'Alsace, noyée dans le « Grand Est », de conserver une très relative autonomie.. Elle récupère ainsi les prérogatives des départements et dispose aussi de compétences spécifiques en raison de sa situation géographique au cœur de l'espace rhénan, et abritant des institutions européennes prestigieuses : Parlement Européen et Court des Droits de l'Homme. La Communauté Européenne d’Alsace est la seule à intervenir au niveau local mais également en matière de coopération avec ses voisins et frères de culture germanique d'Allemagne et de Suisse.
Un exemple a méditer de ce côté-ci des Pyrénées. Bien sûr, notre contexte est bien différent. La barrière mentale de la frontière et que, au-delà, il est un monde étranger, exotique et tellement différent de « la France et des Gaulois », est encore bien présente dans les esprits.
Et pourtant, depuis que la France a pris le pouvoir en Occitanie, le colonialisme de l’intérieur n'a jamais cessé, tout comme le racisme. Si nous sommes des « français à part entière » : pourquoi autant de discrimination e de mépris envers nous ?
De toujours et aujourd'hui encore, les penseurs français ont contredit cette unité mythifiée de la France et multiplié les propos à vomir.
En 1942, le très célèbre écrivain Louis Ferdinand Céline dira : « Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au-dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié. » (lettre à Henri Poulain, secrétaire de rédaction du journal Le Monde).
Un autre écrivain, Jacques Derrida, écrit : « l'accent, quelque accent français que ce soit, et avant tout le fort accent méridional, me paraît incompatible avec la dignité de la parole publique » (Le monolinguisme de l'autre, 1996).
Et aujourd'hui, les caricatures et moqueries contre les accents occitans continuent. On le voit bien dans les productions télévisuelles françaises, ou chez les humoristes, celui qui possède un accent occitan bien marqué, il est toujours l'imbécile de service. On pourrait en rire si cela n'était pas une atteinte grave à la dignité humaine. Et l'on remarquera également que, lorsqu’un film de production française ne se déroule pas à Paris mais « en province », les acteurs ont un accent français bien lisse, neutralisé, très « propre », tellement lavé qu'il en est insipide ! Cette forme de discrimination s'appelle la glottophobie et le premier ministre en est très régulièrement victime, quoi que nous pensions de sa politique, c'est un fait qui doit être dénoncé.
Sur un point je vais donner raisons à ces langues venimeuses, nous ne sommes pas ethniquement de souche « française ». Déjà, le géographe grec Strabon au 1er siècle avant Jésus-Christ le disait clairement : « Les Aquitains diffèrent des peuples d'origine gauloise (...) par la langue qu'ils parlent et ressemblent bien davantage plus aux Ibères. »
Nous ne sommes pas non plus des sous-citoyens, des bâtards en opposition à une race pure française, cette notion est l'une des plus dangereuses qu'ait semé l'idéologie suprémaciste française, ce n'est ni plus ni moins qu'une forme de fachisme, un doux poison que la France a su répandre : il n'y a pas de peuple pur ou supérieur, tout peuple s'est constitué par des mélange de sangs et de cultures, depuis l 'aube de l'humanité.
Nous sommes ce que nous sommes, et de là où nous sommes, nous avons notre place en Europe, nous avons toutes les clés pour sortir de cette prison de la pensée, notre identité est multiple : aquitaine, gasconne, occitane et pyrénéenne. Depuis des siècles, nous avons toujours entretenu des relations étroites entre voisins de part et d'autre des Pyrénées, des relations culturelles et économiques ou institutionnalisées.
Le plus célèbre traité de « lias e patzerias », celui du Plan d'Arrem, signé à Fos par 25 communautés des deux versants des Pyrénées, est un exemple emblématique de coopération transfrontalière, un monument de notre histoire pyrénéenne et européenne : c'est une honte qu'il ne s'en parle pas davantage dans les écoles !
Ce serment de 1513 écrit en gascon, reprenant des accords plus anciens, établit que: « .Item. es Estat articulat entre la ditas partides/ quen temps de guerre lous habitants de tous/ lous pais dessus dicts tant d'un estrem/ que dautre pouiran conversar y communicar ensemble/ et fer les feits de marchandises comme dit/ es dessus, lous uns dap lous autres ainsin/ Comme sy ero bonne pats, Et pouiran anar/ sous de la part de France et deus pais dessus/ dits en las terres deu Rey dAragon... »
Mais aujourd'hui, plus de 800 ans après, les choses évoluent tout doucement. La création d'un eurodiscrit, futur Consortium entre eth Conselh Generau d'Aran d'une part et la Communauté des Communes des Pyrénées Haut-Garonnaises d'autre part, nous donne espoir en une future coopération intelligente entre gascons, entre voisins tout naturellement.
Bien entendu, cette réflexion nous demanda une petite révolution de la pensée, d'ouvrir les yeux et surtout de relativiser les frontières. Êtes-vous encore de ceux qui pensent que, en allant à Bossòst, on va en Espagne ? Pourtant, ce n'est pas un panneau « España » qui vous dépayse à ce point-là, si ? C'est pourtant bien la même montagne, la même Garonne, la même architecture et surtout la même langue et culture, l'aranais est une variété de notre occitan gascon.
Et donc plutôt que d'aller à Bossòst vous rassasier de paella ou faire la plein de Ricard, montez jusqu'à Bausen, lorsque la frontière aura ouvert, goûter la véritable cuisine aranaise, je vous promets qu'elle a goût à reviens-y ! Nous avons mille fois plus d’affinités culturelles avec nos voisins aranais qu'avec des Picards ou de Normands, et ce n'est pas un panneau ni une frontière qui y changeront quoi que ce soit.
Un proverbe bien connu synthétise à merveille cette réalité :
« Aranais, Luchonnais, Larboustois, Louronnais, Bavartais : tous cousins germains ! »
Matiu Fauré

Une EOC


2021 annada dera gasconitat !


2020 que s'acaba dambe aqueth gost estranh d'inacabat, un bricalh hòra deth temps.
Ua annada de 13 luas que pareish, on mos calec totes reinventar entà ténguer eth còp, forçats tanben a pensar autraments eths ahèrs e eth anar deth món : prénguer encara mès consciéncia que n'èm totes actors e que podem e devem cambiar eras causas, cada-un ara nòsta portada.
Mercés a totes dera vòsta fidelitat e deth vòste sostenc pendent aqueths moments de mau víver.

Tota era còlha deth Ostau Comengés que vos desira ua plan bona annada 2021, que la vos soetam bona e shucosa !
2021 que s 'alanda, ua pagina tota blanca, tot qu'ei possible. Ja sabem que serà encara complicada mès que mos tenguem prèstes entà contunhar eth nòste trabalh ath mès pròishi deth monde e tant que poscam : enquèstas e recèrcas de terrenc, organizacion d'eveniments coma Passa-Pòrts e Total Festum, animacions e mediacions per tot eth territòri e publicacions.

Encara mès que de costuma, que mos cau suenhar eras nòstas resolucions. Que serà ua annada de cambiament, de conversion o de reconversion e que’u cau balhar un sens se volem pas pèrder eth cap dambe tot aqueth tapatge qu'entenem e aquera pòur plan entretenguda. Perqué pas causir d'aprénguer o de tornar aprénguer eth occitan ? Balhatz-me au mens ua bona rason de non pas gosar ?
Mès atencion, que vos parli deth occitan d'ací, eth gascon comengés, pas un occitan piu-piu de salon, de fabrica o hòra-sòu. Hòra-sòu, ne'n volem pas, ne entà minjar, e en encara mens quan se parla dera lenga deth país, dera nòsta lenga. Cap d'O.G.M. ne de M.L.A. (Mots Lingüisticament Asseptisats).
Alavetz, ja'm vatz díguer : a on, quan e coma ? N'ei pas complicat ! Ja vos avem trobat ua solucion !
< A compdar deth mes de gèr, era M.J.C. de Sent Gaudenç que bota en plaça un talhèr per nivèu (véder eras informacions practicas ena rubrica Actualitats).
Eth ensenhament proposat qu'ei noirit pera experiéncia dera lenga d'ací, sustot pera cuelhuda : qu'ei aquera riquessa que vos volem hèr tastar e hèr víver.
N'augetz pas pòur, que n'i aurà tà totes eths gostes e totes eths nivèus. Un talhèr « debutants » qu'ei proposat aths que vòn descobrir era lenga de faiçon ludica. Aquera activitat ja vos permeterà de familiarizar-vos dambe era lenga, d’amistosar eras suas sonoritats e atau prénguer confiança e practicar-la en doçor. Que cau ensajar, que cau gosar : qu'ei en tot trompà's qu'aprenguem ; qu'ei atau !
Eths que saben parlar un bricalh mès eth occitan o que volerian perfeccionà's, eth talhèr « confirmats » ja les convenguerà. Que serà un moment priviletgiat entà parlar gascon, a partir de subjèctes d’actualitat, de documents audio o escriuts, de jòcs o tanben de creacions, era màger part deth temps ath orau.
Mès enlà qu'era lenga tota sola, aqueres dus talhèrs que vos daràn a conéguer era istòria e tanben era cultura deth país, bèth còp amagadas o mespresadas mès pr'aquò tan preciosas...
Se vos imaginatz ua estona era Isla de França sense digun entà franchimandejar ? Non ! Alavetz hèm de 2021 era annada dera gasconitat descomplexada !
Bona annada a totes, bona e gascona !
Matiu Fauré


2021 année de la gasconnité !


2020 s'achève nous laissant un goût d'inachevé, comme hors du temps. Une année de 13 lunes, paraît-il, où nous avons tous du nous réinventer pour tenir le coup, forcés aussi à penser différemment les affaires et l'avenir de la planète : prendre encore plus conscience que nous en sommes tous acteurs et que nous pouvons et devons changer les choses, chacun à notre échelle. Merci à tous pour votre fidélité et votre soutien durant cette année bien difficile.

Toute l'équipe d'Eth Ostau Comengés vous souhaite une très bonne année 2021, qu'elle vous soit belle et savoureuse !
2021 s'ouvre, une page vierge, tout est possible. Nous savons bien que la situation restera compliquée, mais nous nous tenons prêts pour continuer notre travail au plus près des habitants, autant que possible : enquêtes et recherches de terrain, organisation d'événements comme Passa-Pòrts et Total Festum, animations et médiations à travers tout le territoire et publications.

Plus que jamais, nous devons bien choisir nos résolutions. Cela sera une année de changement, de conversion ou de reconversion et il faut lui donner un sens si nous ne voulons pas céder à tout ce matraquage et à cette peur savamment entretenue.

Pourquoi ne pas choisir d'apprendre ou de réapprendre l'occitan ? Donnez-moi au moins une raison valable de ne pas vous y mettre ? Mais attention, je vous parle de l'occitan d'ici, le gascon commingeois, pas un occitan « piu-piu » de salon, inventé ou hors-sol. Du hors-sol nous n'en voulons pas, nous n'en voulons pas pour l'alimentation et encore moins lorsqu'on parle de notre langue. Ni O.G.M ni M.L.A (Mots Linguistiquement Asseptisés).
Alors vous allez me dire : où, quand et comment ? Ce n'est pas compliqué ! Nous vous avons trouvé la solution !
À partir du mois de janvier, la M.J.C du Saint Gaudinois met en place un atelier par niveau (voir informations pratiques dans la rubrique Actualités).
L'enseignement proposé est nourri par l'expérience de la langue d'ici, surtout par le travail de collectage: c'est cette richesse que nous voulons vous faire goûter et faire vivre.
N'ayez pas peur, il y en aura pour tous les goûts et pour tous les niveaux. Un atelier « débutants » est proposé à ceux qui veulent découvrir la langue de façon ludique. Cette activité vous permettra de vous familiariser avec cette langue, d’apprivoiser ses sonorités et ainsi prendre confiance et la pratiquer en douceur. Il faut essayer, il faut oser, car c'est en se trompant que l'on apprend : qu'ei atau !
Pour ceux savent parler un peu plus l'occitan ou qui voudraient se perfectionner, l'atelier « confirmés » leur conviendra. Ce sera un moment privilégié pour parler gascon, à partir de sujets d’actualité, de documents audio ou écrits, de jeux ou aussi de créations, la plupart du temps à l'oral.
Au-delà de la langue elle-même, ces deux ateliers vous ferons connaître l'histoire mais aussi la culture du pays, parfois insoupçonnées, méprisées, mais au combien précieuses...
Imaginez-vous un seul instant l’Île de France sans personne parlant le français ? Non ! Alors faisons de 2021 l'année de la gasconnité décomplexée !
Belle année à tous, bonne et gasconne !
Matiu Fauré

Une EOC



ETH HIALAT TRAMONTANA PREMIAT


Dempús 2012, Eth Ostau Comengés que participa ath hialat Tramontana. Aqueth hialat internacionau de cercaires qu'amassa 8 associacions repartidas per 5 Estats, dambe coma objectiu era sauveguarda e ara transmission deth patrimòni culturau immateriau deras montanhas d'Euròpa : AudioLab(País Vasco e Navarra, Espanha), Akademia Profil (Polonha ), Bambun (Abrusas, Italia), Binaural Nodar (district de Viseu, Portugal), Eth Ostau Comengés (Varossa, Comenge e Coserans), LEM Italia (Lengas d'Euròpa e dera Mediterranea, antena italiana), Nosauts de Bigòrra e Numériculture Gascogne (Hautes Pirenèus).
Aquera cooperacion, finançada per Euròpa Creativa, programa-cuadre dera Comission Europenca, que permet de contribuir ara sauvaguarda e ara transmission deth nòste eretatge culturau a travèrs mantuns projèctes : mediacions culturalas, publicacions, films, forums, creacions artisticas, hestaus, utises pedagogics, etc.
Tramontana III (2017-2019) qu'ei un d'aqueths projèctes. Qu'a recebut en 2020 eth plan prestigiós « Gran Prèmi deth Patrimòni Europenc / Prèmi Europa Nostra » tant coma era restauracion dera basilica de l'Aquila après eth tèrratrem de 2019 o era exposicion deths 75 ans dera liberacion d'Auschwitz.
Europa Nostra que's defenís coma : « era votz europenca dera societat civila engatjada peth patrimòni culturau e naturau (…) entà'u protetjar, tà'u celebrar e'u transméter en bona santat aras generacions futuras. » Peth son esperit eth nòste hialat qu' incarna donc perfèctament aquera riquessa e diversitat deth patrimòni europenc. Entre totas eras accions miadas en cuadre de Tramontana III, Eth Ostau Comengés qu'a pres en carga o participat a uas quantas accions , localas o collectivas, coma per exemple : enquèstas etnograficas, emissions de ràdio, ua maleta educativa, un documentari sus eth Carnaval enas Abrusas e en Gasconha o encara un libe-DVD Memoria Tramontana, sus eths cambiaments ena Euròpa rurala viscuts e descrits peths abitants. Sense tardar eths « Tramonatani » que's van amassar entà envisatjar eras futuras accions d'aquera polida aventura culturala e sustot umana e umanista.

Entà véder eth documentari sus Carnaval :
www.youtube.com/watch?v=E1bgUu0mcfQ

Entà'n saber mès :
www.re-tramontana.org/
www.europanostra.org/
www.europeanheritageawards.eu



LE RÉSEAU TRAMONTANA RECOMPENSÉ


Depuis 2012, Eth Ostau Comengés participe au projet Tramontana. Ce réseau international de chercheurs regroupe huit associations réparties sur cinq États, avec comme objectif la sauvegarde et la transmission du patrimoine culturel immatériel des montagnes d'Europe : AudioLab (Pays Basque et Navarre, Espagne), Akademia Profil (Pologne), Bambun (Abruzzes, Italie), Binaural Nodar (district de Viseu, Portugal), Eth Ostau Comengés (Barousse, Comminges et Couserans), LEM Italia (Langues d'Europe et de la Méditerranée, antenne italienne), Nosauts de Bigòrra et Numériculture Gascogne (Hautes-Pyrénées).
Cette coopération, financée par Europe Créative, programme-cadre de la Commission Européenne, permet de contribuer à la sauvegarde et la transmission de notre hériatge culturel, à travers plusieurs projets : médiations culturelles, publications, films, forums, créations artistiques, festivals, outils pédagogiques, etc. Tramontana III (2017-2019) est l'un de ces projets. Il a reçu en novembre 2020 le très prestigieux « Grand Prix du Patrimoine Européen / Prix Europa Nostra », au même titre que la restauration de la basilique de l'Aquila, suite au tremblement de terre de 2019 ou de l'exposition sur le 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz.
Europa Nostra se définit comme : « la voix européenne de la société civile engagée pour le patrimoine culturel et naturel (…) pour le protéger, le célébrer et le transmettre en bonne santé aux générations futures. » Par son esprit, notre réseau incarne donc parfaitement la richesse et la diversité du patrimoine européen. Parmi toutes les actions menées dans le cadre de Tramontana III, Eth Ostau Comengés a pris en charge ou participé à plusieurs actions locales ou collectives, parmi lesquelles figurent la réalisation d’enquêtes ethnographiques, d’émissions de radio, d’une mallette éducative, d’un documentaire sur le Carnaval dans les Abruzzes et en Gascogne ou encore d’un livre-DVD intitulé Memoria Tramontana, sur les changements dans l'Europe rurale vécus et décrits par les habitants. Prochainement, les « Tramonatani » vont se réunir pour envisager la suite de cette belle aventure culturelle et surtout humaine et humaniste.

Pour visionner le documentaire sur le Carnaval :
www.youtube.com/watch?v=E1bgUu0mcfQ

Pour en savoir plus :
www.re-tramontana.org/
www.europanostra.org/
www.europeanheritageawards.eu

Une EOC



Eth 11 de noveme mès autraments


Cada 11 de noveme, en cada vilatge per tant petit que sia, qu'ei tostemps mercat pera commemoracion deth armistici de 1918. Que pòt semblar lonh, que hè mes de cent ans, mès qu'estèc ua tant gran sagnada, sustot entaths vilatges dera montanha, que'n cau parlar. Que'n cau pas parlar pas entà entreténguer un « patriotisme » suberhèt e passat de mòda, mès entà comprénguer çò que s'i passèc e entà justificar milions de mòrts per tota Euròpa. Que cau balhar sentit ad aqueras commemoracions que son vengudas mecanicas e vueitas de sens taras joenas generacions. Se sabem exactament çò qu'arrebrembam e sustot entà qué o entà qui tant de joenes son mòrts o s'i an perdut era arma ? Se volem qu'eths gafets e comprengan aqueras litanias de noms peras plaças, que cau arribar a desacralizar aquera ceremonia e sortir deth discors oficiau e nacionalista que n'a pas guaire cambiat dempús era mobilizacion eth 1èr d'aost de 1914. Totas eras iniciativas que floriren ath moment deth centenari qu'arresseguèren aqueth discors pre-mastegat, sense cercar mès lonh. Mès qu'ei interessent d'escotar çò que diguen uns istorians qu'an un discors plan diferent deras circulàrias totas prèstas enviadas aras comunas peth ministèri dera Defensa. Se volem era vertat e hèr que definitivament aqueres « praubes diables » sian pas mòrts entad arren, que mos cau aver pòur d'espovassar tot aquò.

Qu'entenem tostemps qu'aqueres soldats son mòrts tara Libertat, tà deféner era Libertat : era libertat de qué e de qui ? Que dèisha enténer qu'eths soldats alemands, deth aute costat dera linha de front, defenian exactament eth contrari, qu'èran bèstias herotjas, barbares sanguinaris que volian panar-mos o violar era libertat que seria ua excepcion francesa e asservir-mos : un tablèu maniquean entà drogar eths soldats e ensucar-les entà s'anar hèr tuar e tuar d'autes innocents. Qu'ei exactament era madeisha diabolizacion deth estrangèr e deth exterior deth temps deras « invasions barbaras » ara caijuda deth Empèri Roman e que sémia implicitament era dangerosa nocion de nacion supereriora e inferiora. Qu'aquò dure encara ath sègle XX dinc ath sègle XXI, per un país que's ditz « esclairat » qu'a de qué interrogar. En realitat, ja sabem qu'èran joens innocents o joenes pairs de familha eres tanben, qu'avian pas demandat arren tanpòc e qu'èran engarlats en aqueth hangàs.

Un aute gran mite dera propaganda, tostemps viu, qu'èra que calia anar liberar era Alsàcia e era Mosela qu'ac reclamavan a crits, tant èran maumiats peth Empèri Aleman. Eths soldats franceses que horen plan estonats en arribar aquiu-delà en véder qu'eth monde parlavan pas brica francés, que vivian dambe mès de confòrt e d’avantatges qu'en França ath madeish temps. Duas generacions après, eth sovenir dera apartenença ara França abans 1870 qu'èra desbrembat e eth governament francés que hec arribar viatges de drapèus « bleu blanc rouge » entà montar espectacles d'estrambòrd popular, entà amagar eths drapèus « Rott und Wiss », arroge e blanc, colors istoricas dera Alsàcia e de tota era Alemania. D'aqueth temps, Alsàcia e Lorena que profitavan d'un desvolapament economic e culturau jamès vist, qu'avian un parlament autonòme dempús 1911 e ua Seguretat sociala qu'èra pas encara inventada en França ad aqueth moment.

Eths nòstes soldats occitanofònes cap e tot qu'èran d'aqueras prumèras generacions qu'aprengueren eth francés coma ua lenga estrangèra ath sens eth mès juste deth mot.

Un aute repic qu'èra de combàter entà hèr càiger eths empèris d'Alemanha e d'Austria-Ongaria,mès en madeish temps, França e Anglatèrra e's trocejavan sense vergonha immenses empèris en Africa coma en Asia, e França que hec combàter soldats africans o encara tonquineses entà sauvar « pieusement la Mère Patrie », ua mair qu'avian pas jamès vista. Cent ans après, que cau aver era onestat intellectuala de díger eras vertadèras rasons d'aqueth masèth que plasa o non aths aiatòllahs dera Republica : interèsses econimics e influéncias geopoliticas en Euròpa e en monde sancèr. N'ei pas tròp poetic, mès qu'ei plan vertat.

Que poiriai èster encara mès seriós e mès provocator en demandar se totes aqueres praubes Gascons son pas mòrts tara França mès en pr'amor dera França ?


Matiu Fauré






Le 11 novembre mais autrement


Chaque 11 novembre, dans chaque village, aussi modeste soit-il, est toujours marqué par la commémoration de l'armistice de 1918. Cela semble très loin, il y a plus de cent ans, mais ce fut une si grande saignée, surtout pour les villages de la montagne qu'il est important d'en parler, d'en parler non pas pour entretenir un « patriotisme » surfait et désuet mais pour comprendre ce qu'il s'est passé pour justifier des millions de morts à travers toute l'Europe. Il faut donner du sens à ces cérémonies devenues mécaniques et obsolètes pour les jeunes générations. Savons-nous exactement ce que nous commémorons et surtout pour quoi ou pour qui tant de jeunes sont morts ou y ont perdu l'âme ? Si nous voulons que les enfants comprennent ces litanies de noms sur les places, il faut arriver à désacraliser cette cérémonie et sortir du discours officiel et nationaliste qui n'a pas tellement changé depuis la mobilisation le 1er août 1914. Toutes les initiatives qui ont vu le jour au moment du centenaire reprenaient ce même discours prémâché sans trop chercher à aller plus loin. Mais il est intéressant d'écouter certains historiens qui tiennent un discours bien différent de celui des circulaires toutes prêtes envoyées aux maires par le ministère de la Défense. Si nous voulons la vérité et faire en sorte que définitivement ces « pauvres diables » ne soient pas morts pour rien, il ne faut pas avoir peur de dépoussiérer tout cela.

On dit toujours que ces soldats sont morts pour la Liberté, pour défendre la Liberté : la liberté de qui et de quoi ? On laisse entendre par là que les soldats allemands de l'autre côté de la ligne de front défendaient donc l'exact contraire, qu'ils étaient des bêtes féroces, des barbares sanguinaires qui voulaient nous dépouiller ou violer cette liberté qui ne serait qu'une exception française et nous asservir : un tableau manichéen pour galvaniser les soldats et les aveugler avant d'aller se faire tuer ou tuer d'autres innocents. C'est exactement la même diabolisation de l'étranger et de l’extérieur que lorsqu'on évoque les « invasions barbares » à la chute de l’Empire Romain et en semant implicitement la dangereuse notion de nation supérieure et de nation inférieure. Que cela dure encore au XXème et au XXIème siècles, pour un pays qui se dit « éclairé », à de quoi interroger. En réalité nous savons qu'il s'agissait là aussi de jeunes innocents ou de jeunes pères de famille, qui eux non plus n'avaient rien demandé et qui se sont retrouvés enlisés dans le même conflit.

Un autre grand mythe de la propagande qui a la vie dure, était qu'il fallait aller libérer l'Alsace et la Moselle qui le réclamaient à corps et à cris tant ils souffraient sous le joug germanique. Quelle ne fut pas l'étonnement des soldats français en découvrant là une population qui ne parlait pas un mot de français et bénéficiaient d'avantages et de conforts qu'ils n'avaient pas chez eux. Deux générations après, le souvenir de l’appartenance à la France avant la guerre de 1870 était déjà oublié et le gouvernement français du faire acheminer des drapeaux « bleu blanc rouge » pour monter des spectacles de liesse populaire et pour contrecarrer les drapeaux « Rott und Wiss », rouge et blanc, couleurs historiques de l'Alsace comme de toute l'Alémanie. En ce temps l'Alsace Moselle bénéficiaient d'un essor économique et culturel jamais connu auparavant et avait un parlement autonome depuis 1911 et avait déjà une Sécurité sociale à une époque où la France ne l'avait pas encore inventée.

Nos soldats occitanophones à 100 % étaient de ces premières générations qui ont appris le français à l'école comme une langue étrangère, au sens strict du mot.

Enfin un des autres grands refrains de propagande que l'on entretient toujours est qu'il fallait combattre pour la chute des empires d'Allemagne et d'Autriche-Hongrie, alors qu'à la même époque la France comme l'Angleterre se partageaient sans vergogne d'immenses empires en Afrique et en Asie et la France fera combattre des soldats africains ou du Tonkin pour sauver « pieusement la Mère Patrie », une mère qu'ils n’avaient jamais vue. Cent ans après, il faut avoir l'honnêteté intellectuelle de dire les véritables raisons de ce charnier que cela plaise ou non aux ayatollahs de la République : intérêts économiques et influences géopolitiques en Europe et dans le reste du monde. Ce n'est pas très poétique mais pourtant bien réel.

Je pourrais être encore plus sérieux et provocateur en demandant si tous ces pauvres Gascons ne sont pas morts pour la France mais à cause de la France ?
Matiu Fauré

Une EOC


Gascons se parlatz era vòsta lenga ?


N'ei pas eth prumèr còp que parlam de lenga e de cultura ! Era ua pòt pas èster sense era auta. Qu'ei coma un parelh, se volem tirar tà devant e laurar coma cau, que mos cau avançar en simetria se volem pas cabejar. Qu'ei pr'aquò un gran debat filosific qu'ocupa encara ua brava part deth monde occitanista. N'ac vam pas voler trencar aqueste còp, mès qu'ei segur qu'ei en aqueth sens que mos cau posar eras nòstas idèias e era direccion qu'avem causit aquestas annadas que parla tota sola.
Voler manténguer era lenga tota sola o impausar un occitan « hòra sòu » deconnectat dera realitat culturala en Comenge ja seria ua eresia e sustot ua pèrta de temps.
Autanplan que podem pas separar apoderament dera lenga, classada pera UNESCO en dangèr d'extinccion e era recuperacion de tota era cultura. J'ac avem dit mantuns còps, que parlam d'ua cultura desbrembada o de còps aceptisada o torturada. E tiò ara qu'ac sabem, que mos an mentit sus era nòsta istòria e eth nòste vertadèr honament culturau mès ara, era diferéncia, que podem pas hèr coma s'ac sabiam pas, que podem anar hurgar entà levar era vela deth « roman national » ciment d'ua uniformitat dogmatica amnesica ara realitat istorica tocabla dera civilisacion occitana.
E çò de vertat tara psicanalisi individuala qu'ei autant bon tara consciéncia collectiva d'ua societat : coma podetz avançar se coneguetz pas era vòsta istòria personala, familiala, comengesa, gascona, pirenenca, occitana, europenca, mondiala ? Era identitat qu'ei de segur era gran question deth sègle XXI, era mair deras batèstas e era clau de fòrças crisis pregondas que vivem. Ua reconciliacion o meslèu ua reconexion aras nòstas originas qu'ei donc era solucion entà reconquistar eth poder en Comenge : poder decidar e víver ací en autonomia e coma mos vaga, sense cap de perfusion d'a on que venga, que sia culturala o dinerèra, sense nada compromission pr'amor que per tant gostosa que sia era caròta, eth còp de barra que hè tostemps mès mau...
Donc, se mos contentam d'un occitan superficiau o « ortopedic » e de dançar , e coma podem preténguer a un estatut de lenga europenca coma eras autas e capabla d'escambiar, de proposar e de rivalizar dambe eras autas culturas deth monde : que vos ac demandi ?
Que i a ua vertadèra simpatia e demanda deth monde de voler parlar o tornar parlar gascon. Eth monde que diguen que les hè gòi d'enténer a parlar aquera lenga, paradoxau a un moment que ven de mès en mès arrare de l'enténer… O alavetz ahortem meslèu qu'ei eth simptòm revelator d'ua crisi d'identitària pregonda que demanda pas que d'acochà's, en tot cas plan mès seriosa e complèxa que çò que's pensan peths ministèris de París que calculan tant tara question dera « identité nationale ».
Ua enquèsta miada peth OPLO, Ofici Public dera Lenga Occitana peras regions Occitania e Nava Aquitània e tanben en Val d'Aran que mos balhan quauquas chifras qu'an de qué hèn calcular... qu'èm plan lonh deths 2 o 3 millions de locutors e o locutors passius saunejats per fòrça occitanistas :

- 7% deras personas consultadas e parlan encara occitan (ja hè 4% de mens que dètz ans a...)
- 47 % deths sondats le'u comprenguen aumens un peishic
- 15 % que le'u comprenguen coma cau
- 12 % non saben pas solaments çò qu'ei...

Eth nòste trabalh de terrenc ja parla tot sol, sense hèr ua enquèsta de tant grana amplada, en eths vilatges on trabalham, que vedem eth nombre de gasconofònes a hóner cada an de mès en mès viste. Qu'avem dejà ua proporcion pro importenta de vilatges on era lenga ei dejà amortada...
Que cau pas tirà's eth mocador dera pòcha entà plorar a cada còp qu'un locutor naturau dera lenga se'n va, que cau auèitar entà devant, e que i a encara familha que parlan era lenga mès ena intimiat, sense hèr cap de reclama, ua lenga amagada e secreta. Qu'ei indspensable d'anar desvelhar e tocar ath bèth còr tota aquera generacion encara plan viva qu'a entenut era lenga e que n'a encara era musica en cap, entà aufrir era lenga aths gafets deth sègle XXI !
De vertat que sentièm ua brava demanda deras familhas que vòn qu'eths sues dròlles aprengan eth occitan e quina que sia era sua origina geografica, que sian comengeses de soca o de còr !
E pr'aquò eth manten deth occitan en ensenhament public n'ei pas guaire assegurat. Era refòrma Blanquer deth licèu e deth bachilierat que condamna eth occitan a ua disparcion silenciosa e per un procèssus incidiós, guantats de velor mès entà'c aucíder tot : qu'ei era mès grana reculada dempús qu'era lenga ei ensenhada. Gràcias ara mobilizacion deths professors e deths elejuts comengeses, eths menjans que son sauvats en Comenge peth moment... mès enlòc mès era situacion qu'ei fòrça preocupanta e eth ensenhament universitari tant coma era formacion deths arregents que son en gran dangèr.
Eth collectiu «Per que viscan nòstras lengas» que crida tà ua mobilizacion, eth 10 d'octobre devant eths rectorats, prefecturas, sos prefecturas...qu'aurà lòc eth madeish dia entà totas eras lengas mautractadas pera França : alsacian,arpitan, breton, catalan, corsèc, flamenc, occitan e vasco. Per tanta musica que mos haçan pr'amor dera pandemia, que mos cau contunhar de hèr tapatge e batanadas entà desnonciar era accion lingüicida deth Ministèri de l’Educacion de París.
Que cau saludar ací tot eth trabalh deths professors d'occitan que s'arrapan tot dia entà poder transméter aths mainatges eth gost tad aquera lenga, jamès pausar, combàter tostemps, « empénher e hèr uelhs » coma diguen eths nòstes informators deth Larbost. E que i a quauqu'uas bonas novèlas, eth occitan que hè era sua prumèra rentrada en collègi Leclerc a Sent Gaudenç e era seccion bilingüa de Banhèras de Luishon que profita d'ua polida dinamica que creish peras vaths de Luishon, un exemple de seguir e perqué pas un dia d'aquestes ua calandreta a Sent Gaudenç ?
Eths corses taths adultes ja existan tanben, que demòra pro confidenciaus mès qu'ei totun un utís indispensable entà desvelhar aqueres locutors passius o motivats entà qu'eths mainatges augen ocasions de parlar era lenga en dehòra dera classa, tot aquò que's ten ! Dus talhèrs que hèn era sua rentrada enguan, un que vos ei proposat eth diluns de sers a Banhèras de Luishon dambe Era Pastorala e un aute eth divendres de sers cada 15 dias, pendent 2 oras a Sent Gaudenç dambe eth Cèrcle Occitan Comengés ! Alavetz qu'avetz era causida, cap mès d'excusas entà pas parlar gascon !
Justament ja seria pertinent qu'eths sondatges a vénguer e tengan compde deths locutors en cors de reoccitanizacion.
Eth gascon que deu èster un plaser, que cau gosar e bilhèu estramucar a pena meslèu que d'aver pòur de parlar e de carà's.
Que coneguetz era ressèga : 5 fruts e verduras tot dia e ben que i podetz ajustar ua cura multilingüa, d'ara enlà aumens 5 frasas en occitan tot dia e plan mès se afinitat !


Matiu Fauré








Gascons parlez-vous votre langue ?


Ce n'est pas la première fois que nous parlons ici de langue et de culture ! L'une ne peut pas aller sans l'autre. C'est un peu comme une paire qu'on attelle, pour aller de l'avant et labourer dans les règles de l'art, nous devons avancer en symétrie pour ne pas perdre l'équilibre. C'est pourtant un des grands débats philosophiques qui agitent encore une bonne partie du milieu occitaniste . Nous ne trancherons pas la question aujourd'hui, mais il est certain que c'est dans cette optique que nous devons ordonner nos idées et la direction qui est la nôtre depuis ces dernières années parle d'elle-même.
Vouloir maintenir la langue pour elle-même ou imposer un occitan « hors sol » déconnecté de la réalité culturelle du Comminges, cela serait une hérésie et une perte de temps.
Aussi nous ne pouvons pas séparer la réappropriation de la langue, classée par l'UNESCO en danger d'extinction, de la récupération de toute la culture. Nous l'avons souligné à maintes reprises, nous parlons d'une culture oubliée ou parfois aseptisée ou torturée. Car oui, maintenant nous le savons, on nous a menti sur notre histoire et notre véritable fondement culturel mais à la différence qu’aujourd’hui nous ne pouvons plus faire comme nous ne le savions pas, nous pouvons aller fouiller et lever le voile du « roman national » ciment d'une uniformisation dogmatique et amnésique à la réalité historique tangible de la civilisation occitane.
Et pourtant ce qui est vrai en psychanalyse individuelle l'est tout autant pour la conscience collective d'une société : comment pouvez-vous avancer si vous ne connaissez pas votre histoire personnelle, familiale, commingeoise, gasconne, pyrénéenne, occitane, européenne et mondiale ? L'identité est très certainement le grand enjeu du XXIème siècle, la mère de bien des batailles et la raison sous-jacente de nombreuses crises profondes que nous traversons. Une réconciliation ou plutôt une reconnexion à nos origines est la solution pour reconquérir le pouvoir en Comminges : pouvoir décider et de vivre ici en autonomie comme cela nous convient, sans aucune perfusion d'où qu'elle vienne, qu'elle soit culturelle ou financière, sans la moindre compromission car pour aussi belle que soit la carotte, le retour de bâton fait à chaque fois plus de mal...
Donc, si nous nous contentons d'un occitan superficiel ou « orthopédique » et de danser, comment pouvons-nous prétendre à un statut de langue européenne comme les autres et capable d'échanger, de proposer et de rivaliser avec les autres cultures du monde : je vous le demande ?
On sent une véritable sympathie et une demande de la population qui veut apprendre ou réapprendre le gascon. Les gens vous diront que ça les touche d'entendre cette langue, paradoxal à un moment où il devient de plus en plus rare de l'entendre… ou alors parions plutôt sur un symptôme révélateur d'une crise identitaire profonde qui ne demande qu'à accoucher, en tous les cas une crise bien plus sérieuse et complexe qu'on ne le croit dans les ministères parisiens où l'on réfléchit encore et toujours à la question de l'« identité nationale ».
Une enquête réalisée par l'OPLO, Office Public de la Langue Occitane en Occitanie ; Nouvelle Aquitaine et aussi en Val d'Aran avance des chiffres qui vont réfléchir... nous sommes bien loin des 2 ou 3 millions de locuteurs et / ou locuteurs passifs fantasmés par nombre d'occitanistes :

- 7% des personnes consultées parlent encore occitan (soit déjà 4% de moins qu'il y a 10 ans !)
- 47 % des sondés le comprennent au moins un peu
- 15 % le comprennent parfaitement
- 12 % ignorent son existence même...

Notre travail de terrain parle de lui-même sans faire une enquête d'une aussi grande ampleur, dans les villages où nous nous rendons, nous constatons d'année en année une raréfaction des gasconophones qui s'accélère. Dans une proportion assez importante de villages la langue a déjà disparu.
Inutile de sortir le mouchoir à chaque fois qu'un locuteur naturel meurt, il faut regarder vers l'avenir. N'oublions pas qu'il y a des familles où l'occitan se parle encore dans l'intimité, sans faire de bruit, une langue secrète et cachée. Il est indispensable d'aller réveiller et toucher en plein cœur toute cette génération encore bien vivante qui a entendu la langue et qui a encore sa musique en tête, pour l'offrir aux jeunes du XXIème siècle !
Nous sentons réellement une vraie demande des familles qui veulent que leurs enfants puissent apprendre de l'occitan et quelle que soit leur origine géographique, qu'elles soient commingeoises de souche ou de cœur.
Et pourtant le maintien de l'occitan dans l'enseignement public n'est plus garanti. La réforme Blanquer du lycée et du baccalauréat condamne l'occitan à une disparition silencieuse par un procédé insidieux, avec des gants de velours mais déterminés à tout étouffer : il s'agit du plus grand recul jamais vu depuis que l'occitan est enseigné. Grâce à la mobilisation des professeurs et des élus commingeois, les moyens ont pu être sauvés pour l'instant... mais ailleurs la situation est très préoccupante et l' enseignement universitaire comme la formation des futurs enseignants sont fortement compromis.
Le collectif « Per que viscan nòstras lengas » appelle à une mobilisation, le 10 octobre devant les rectorats, préfectures, sous-préfectures... elle aura lieu le même jour pour toutes les langues maltraitées par la France : alsacien, arpitan, breton, catalan, corse, flamand, occitan et basque.
Malgré toute la musique que l'on nous joue depuis la pandémie, nous devons continuer de protester pour dénoncer l'action linguicide du Ministère de l’Education de Paris.
Il faut saluer ici le travail des professeurs d'occitan qui s'accrochent au quotidien pour pouvoir transmettre aux enfants le goût pour cette langue, un combat sans répit, « empénher e hèr uelhs » (pousser aussi dur que soit le chemin et garder l'étincelle au fond des yeux) comme disent nos informateurs du Larboust. Et il y aussi à ce sujet quelques bonnes nouvelles, l'occitan fait sa rentrée pour la première fois au collège Leclerc à Saint-Gaudens et la section bilingue de Bagnères-de-Luchon profite d'une belle dynamique qui croît dans les vallées de Luchon, un exemple à suivre et rien ne nous interdit de rêver à une calandreta dans un futur proche à Saint-Gaudenç ?
Les cours pour adultes existent aussi, cela reste assez confidentiel mais ils sont pourtant un outil indispensable pour réveiller ces locuteurs passifs ou motivés, pour que enfants aient des occasions de parler occitan en dehors de la classe, tout cela se tient ! Deux ateliers font leur rentrée cette année, l'un le lundi soir à Bagnères-de-Luchon avec Era Pastorala, l'autre le vendredi soir chaque 15 jours, pendant 2 heures à Saint-Gaudens avec le Cèrcle Occitan Comengés ! Alors plus aucune excuse pour ne plus parler gascon !
Il serait d'ailleurs pertinent que les futurs sondages prennent en considération les locuteurs en cours de réoccitanisation.
Le gascon doit être un plaisir, il vaut mieux oser et peut-être se tromper un peu que d'avoir peur de parler et de se taire.
Vous connaissez le refrain :5 fruits et légumes par jour et bien vous pouvez y ajouter une cure multilingue, dorénavant au moins, 5 phrases en occitan par jour et beaucoup plus si affinité !

Matiu Fauré


Une EOC


Ràdio País en Comenge ?


Qu'èm fòrça monde a demandar de poder enténer a parlar gascon de mès en mès e pertot, ena vita de tot dia mès tanben en eths médias coma era televison o era ràdio. E pr'aquò, era demanda que i ei, mès, en faça cap o pas guaire de responsa… En Coserans que's pòt escotar « Era Votz dera Montanha » sus Radio Couserans, Radio Galaxie que prepara ua emesssion en gascon en Volvèstre, mès enlà en Gasconha qu'avem Ràdio País qu'emet tot en occitan gascon.
Que i a plan segur eths nòstes companhs de Cièrp sus Ràdio Pirenèus que hèn un trabalh entà hèr enténer eth gascon, sus Radio Présence-Saint Gaudens, era cronica Conda Gasconha ja a començat hè mens d'un an ara, mès en dehòra d'aqueras valentas iniciativas, que mos manca en Comenge ua ràdio en gascon cap e tot !!!
E donc qu'ei atau que's lançèc era idèia de crear ua associacion de sosten entà aver enfin ua antena de Ràdio País en Comenge ; eth son nom qu'ei simple : « Amics de Ràdio País en Comenge ». Eths menbres fondators que's trobèren en ua amassada constituanta ara fin deth mès de julhet, un burèu que i hoc elegit dambe ath son cap Anna-Pèir Darrèes. Era presidenta que coneish plan era question dera plaça dera cultura gascona coma ei dejà admistratriç dera Escòla Gaston Fèbus, on s'ocupa deth blòg escolagastonfebus.com e deth blòg especiau maintatges arraton.fr, e qu'ei tanben secretària dera associacion Edicions Reclams (publicacion dera revista literària Reclams, publicacions d’autors occitans).
Anna Pèir que mos explica : « Ràdio País en Comenge, qu'ei hèr enténer era votz deth país, balhar era paraula aths Comengeses. Ua ràdio locala en lenga nòsta, qu'ei partatjar eth nòste patrimòni e tanben dambe eths toristas que cèrcan era autencitat de cada territòri »
Ràdio País qu'estèc creada en Biarn en 1983 ath moment deras ràdios liuras. Un sol programa qu'ei difusat en Biarn e en Bigòrra e ua programacion especiala qu'ei aprestada a Aush dempús 2013. Qu'ei ua associacion lei 1901 animada per benevòles e professionaus e manejada pera “Federacion VIVRE AU PAYS Ràdio País”, creada en abriu de 1996. Eras associacions afederadas que son Ràdio País Lanas Baish-Ador, Ràdio País Bigòrra ; Ràdio País Gèrs e plan lèu « Radio País Comenge ».
Qu'ei ua ràdio independenta e bilingüa que balha prioritat ara expression en gascon, qu'assegura un servici de radiodifussion en occitan e que pòrta era votz d'autas culturas minoritàrias.o minorizadas.
Alavetz se vosauts tanben que pensatz qu'avem besonh qu'aqueth servici ací en Comenge, venguetz ajudar eths Amics de Ràdio País en Comenge.

Contact : 18 chemin de Gascogne – 31800 Landorthe -
radiopaiscomenge@gmail.com


Matiu Fauré

Ràdio País en Comminges ?


Nous sommes nombreux à demander à pouvoir entendre parler gascon de plus en plus et partout, dans la vie de tous les jours mais aussi dans les médias comme la télévision ou la radio. Et pourtant, malgré ce souhait, il y en face peu ou pas d'offres… En Couserans on peut écouter « Era Votz dera Montanha » sur Radio Couserans, Radio Galaxie prépare une émissions en gascon sur le Volvestre, en Gascogne occidentale, nous trouvons Ràdio País qui émet presque intégralement en gascon.
Bien sur nos amis de Cierp-Gaud à Ràdio Pirenèus travaillent déjà pour faire entendre le gascon sur leur fréquence, Radio Présence-Saint Gaudens propose la chronique Conda Gasconha depuis moins d'un an, mais en dehors de ces initiatives déjà courageuses, il nous manque en Comminges une Radio tout en gascon !
C'est ainsi qu'est née l'idée de créer une association de soutien pour avoir enfin une antenne de Ràdio País en Comminges ; son nom est tout simplement : « Amics de Ràdio País en Comenge ». Les membres fondateurs se sont réunis lors d'une assemblée constituante à la fin du mois de juillet, un bureau y a été élu avec à sa tête Anne-Pierre Darrèes. La présidente connait bien la question de la place de la culture gasconne car elle est déjà admiratrice de l’Escòla Gaston Fèbus, où elle gère le blog escolagastonfebus.com et blog spécial enfants arraton.fr, et elle est également secrétaire de l'association Edicions Reclams (publication de la revue littéraire Reclams, publication d’auteurs occitans).
Anne Pierre Darrèes nous explique : « Ràdio País en Comminges, c’est faire entendre la voix du pays, c’est donner la parole aux Commingeois. Une radio locale dans notre langue, c’est partager notre patrimoine aussi avec les touristes qui recherchent l’authenticité dans nos territoires »
Ràdio País a été créée en Béarn en 1983 au moment de la naissance des radios libres. Un seul et même programme est diffusé en Béarn et Bigorre alors qu'une programmation spécifique est émise à Auch depuis 2013. C'est une association loi 1901 animée par des bénévoles et des professionnels et gérée par la “Federacion VIVRE AU PAYS Ràdio País”, créée en avril 1996. Les associations fédérées sont Ràdio País Lanas Baish-Ador, Ràdio País Bigòrra ; Ràdio País Gèrs et prochainement « Radio País Comenge ».
C'est une radio indépendante et bilingue qui donne priorité à l'expression en gascon, qui assure un service de radiodiffusion en occitan et qui se fait le relais d'autres cultures minoritaires ou minorisées.
Alors si vous aussi vous pensez que nous avons besoin d'un tel service ici en Comminges, venez aider les Amics de Ràdio País en Comenge.

Contact : 18 chemin de Gascogne – 31800 Landorthe -
radiopaiscomenge@gmail.com


Matiu Fauré
Une EOC


Plavenguts en Hauta Garona,
planvenguts en çò de vòste ?


Bilhèu que les avetz vistes, eth Conselh Departamentau de Hauta Garona qu'acaba de posar panèus de sinhalizacion bilingües, en francés e en occitan !
Se prenguetz era RD 825 entram Loras e Banhèras de Luishon, que vos cau daurir eths uelhs e que i veiratz de polides panèus : « PLANVENGUDA EN HAUTA GARONA ».
Que volem saludar aciu aquera iniciativa deth Departament dera Hauta Garona.
Per tant qu'eth francés e sia sus eth panèu de dessús, que veiratz qu'eras duas lengas e son a egalitat en talha e polícia de caractèr. En mès deth logò deth Conselh Departamentau, que i a ua crotz occitana, tota ua simbolica tara reconquista dera dignitat e dera legitimitat d'ua lenga, e pas d'un « patois ».
Que sabem que fòrça locutors naturaus ja van díguer « patuès » dambe un connotacion afectiva evidenta, mès se legim eth diccionari dera Academia Francesa, aquiu que càmbia de musica : « Patois : Variété d’un dialecte qui n’est parlée que dans une contrée de faible étendue, le plus souvent rurale.(....) Par extension. Péj. Langage pauvre et rustique, jargon incompréhensible. »
Pr'aquò, aquera lenga qu'ei dempús sègles lenga escrita de dret e de governament e plan segur lenga literària que trelusís deth temps deths trobadors dinca ara. Aquò j'ac sabem totes. E desbrembem pas tanpòc que's balhèc ua academia literària dambe eth Consistòri del Gai Saber en 1323 a Tolosa, 312 ans abans que Richelieu n'avessa idèia de montar era « Académie Française »...
Tornem-mo'n ara sus aquera RD 825 on, en un detzenat de quilomètres, que cambiam tres còps de departament, a Loras, Bagiri e Estenòs.
Que passam tres còps era madeisha termièra administrativa mès que sòm tostemps pera madeisha arribèra, passam pas cap de montanha, tostemps ath cance de Garona, en Comenge corau, mès eths subresauts dera Istòria e era centralizacion ara francesa de mès en mès fòrta qu'acabèren per divisar en dus un territòri unit dempús eths Convènis, donc abans era conquèsta romana : un sol airau etnic, geografic, lingüistic e culturau, Aran comprés !
A pena se gòsi parlar de Senta Maria de Varossa, aqueth vilatge qu'ei partatjat en dus, d'un costat dera carrèra en « Hautes-Pyrénées » e eth aute en « Haute-Garonne ». De còps, un proprietari que pòt aver era maison d’un costat e eth casau o era bòrda deth aute, o arrevèrs : que s'i cau pas pèrder eras aucas ! Qu'ei de mau comprénguer mès pr'aquò qu'ei atau.
Parlar de senhalizacion que vos hè pensar ara toponimia. Aquiu, que podem saunejar ua estona, ara que fòrça comunas botan en plaça un adreçatge, perqué pas imaginar ua sinhalizacion bilingüa generalizada o tostemps encoratjada ? Que mos estauvieria mau de uelhs devant eras incoeréncias gessudas dera absurditat deth sistèma d'aperacion deras vias impausat pera Pòsta : « Rue la Carrerasse », a Cassinhabèra per exemple, e quantes atau ? « Rue de la Carrère », « Impasse du Carrerot »... Ja'n devetz véder per çò de vòste ça'm par, ja les podetz comptar.

Sonque eths panèus d'entrada deths vilatges, ja seria un acte anecdotic mès hòrt simbolic s'aueitam era Istòria e sustot eth nòste futur ací, en Comenge. E atau eth monde que mos visitan s'i coperian pas eth cap abans de lançà's en prononciacions deras aventurosas : Eth Cunh / Le Cuing, Benca / Benque. Que vos ac dèishi imaginar... E totun, ja i a encara trabalh, quan entenem eras reaccions deras vergonhosas dera Intelligentsia autoproclamada, sus eth accent gascon deth navèth Prumèr Ministre Jean Castex...
Bon estiu a totes e síatz hardits !


Matiu Fauré








Bienvenue en Haute-Garonne,
bienvenue chez nous ?


Vous les avez peut-être déjà vus, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne vient de mettre en place des panneaux de signalisation bilingues, en français et en occitan !
Si vous prenez la RD 825 entre Loures-Barousse et Bagnères-de-Luchon, regardez-bien et vous verrez de beaux panneaux : « BIENVENUE EN HAUTE-GARONNE - PLANVENGUDA EN HAUTA GARONA ».
Nous tenons donc ici à saluer chaleureusement cette initiative du Département de la Haute-Garonne.
Bien que le français soit sur le panneau supérieur, vous remarquerez que les deux langues sont traitées équitablement en termes de taille et de police de caractère. En plus du logo du Conseil Départemental, apparaît aussi une croix occitane, tout un symbole pour la reconquête de la dignité et de la légitimité d'une langue et non d'un « patois ».
Il est vrai que beaucoup de locuteurs naturels diront « patuès » avec une connotation affective évidente mais, si nous consultons le dictionnaire de l'Académie Française, le sentiment n'est plus du tout dans le même registre : « Patois : Variété d’un dialecte qui n’est parlée que dans une contrée de faible étendue, le plus souvent rurale. (...) Par extension, Péj. Langage pauvre et rustique, jargon incompréhensible. »
Pourtant, cette langue est depuis des siècles langue écrite de droit et de gouvernement, et bien sûr langue de haute littérature qui brille depuis les troubadours jusqu'à aujourd'hui. Cela, nous le savons tous ! Mais n'oublions pas non plus qu'elle se dota d'une académie littéraire, avec le Consistoire du Gay Savoir qui naquit à Toulouse en 1323, 312 ans avant que Richelieu n'eut idée de monter l'«Académie Française »...
Mais revenons sur cette RD 825 où en une dizaine de kilomètres à peine, nous changeons trois fois de département, à Loures-Barousse, Bagiry et Estenos. Nous franchissons trois fois la même limite administrative ; pourtant, nous sommes toujours sur la même plaine, nous ne passons pas de montagne, nous suivons les bords de la Garonne, au cœur du Comminges, mais les aléas de l'Histoire et la centralisation à la française de plus en plus forte ont fini par diviser en deux un territoire uni depuis les Convènes, donc bien avant la conquête romaine, une seule ère ethnique, géographique, linguistique et culturelle, Aran inclus !
Et c'est à peine si j'ose vous parler de Sainte-Marie-de-Barousse, ce village coupé en deux, avec un côté en « Hautes-Pyrénées » et un autre en « Haute-Garonne ». Ainsi, un même propriétaire peut avoir sa maison d'un côté et son jardin ou sa grange de l'autre ou vice versa : c'est à s'y emmêler les pinceaux ! C'est incompressible mais bien réel.
Parler de signalisation doit vous faire penser à la toponymie et là, nous pouvons rêver un peu car, à l'heure où beaucoup de communes mettent en place un système d'adressage, pourquoi ne pas imaginer une signalisation bilingue généralisée ou du moins encouragée ? Cela nous éviterait d'avoir mal aux yeux devant les incohérences nées de l'absurdité du système d'appellation des voies imposé par la Poste : « Rue la Carrerasse », à Cassagnabère par exemple... Et je ne sais combien dans ce genre : « rue de la Carrère », « Impasse du Carrerot »... Vous devez sans doute en rencontrer chez vous aussi, vous pouvez les compter.
Ne serait-ce que mettre en occitan les panneaux d'entrée des agglomérations, cela peut paraître anecdotique mais ô combien symbolique au regard de l'Histoire et de notre avenir, ici, en Comminges. Ainsi, les personnes qui viennent nous visiter s'éviteraient des complications et des prononciations hasardeuses, en voulant prononcer le nom des villages : Eth Cunh / Le Cuing ; Benca / Benque, je vous laisse imaginer.... Et pourtant, il y a encore beaucoup de travail quand on entend les réactions des plus honteuses de l'Intelligentsia autoproclamée, sur l'accent gascon de nouveau Premier Ministre Jean Castex...
Bel été à tous et soyez hardits !


Matiu Fauré
Une EOC



Era hèsta deth soltisci d'estiu mès autraments


Qu'entram ena temporada de Sent Joan, eths dias que van pujant e un bricalh pertot que comença de sentir bon eth henc, era aulor dera èrba copada.
Enguan, eras hèstas de Sent Joan que seràn empachadas pera crisa sanitària. Non poiram pas anar en çò de vòste entà escambiar ath torn dera tradicion e dera hèsta.
Pr'aquò, mos cau pas desbrembar qu'aquera hèsta ei patrimòni reconegut pera UNESCO. Alavetz qu'avem decidat de contunhar de vos acompanhar e que mos invitam a vòsta per Facebook.
A compdar deth 15 de junh e dinca eth 28 de junh, tot dia a 18 h, arretrobatz Matiu Fauré pendant quauquas minutas.
Que boteram en linha quatorze videòs sus aqueste subjècte.
Après cada episòdi, Matiu que serà present entà respóner aths vòstes comentaris : questions, reaccions o reflexions pr'amor que i aurà fòrça causas a díguer e a partatjar.
Que parleram dera hèsta e tanben de totas eras questions e problematicas que i a ath torn.
En madeish temps, qu'èm a preparar un navèra pagina wèb, dambe tot çò que cau saber sus era hèsta deth huec deth solstici d’estiu, tot çò que s'a passat dempús eth 1èr de decembre de 2015 e eth classament UNESCO. Que i troberatz tanben documentacion mès detalhada...





La fête du solstice d'été mais autrement


Nous rentrons dans le cycle de la Saint Jean, les jours se font de plus en plus longs et un peu partout, ça commence à sentir bon le foin, l'herbe fauchée.
Cette année, les fêtes de Saint Jean sont compromises par la crise sanitaire. Nous ne pourrons pas venir chez vous à votre rencontre pour echanger autour de la tradition et de la fête.
Pourtant, nous ne devons pas oublier que cette fête est patrimoine reconnu par l'UNESCO. C'est pourquoi nous avons décidé de continuer à vous accompagner en nous invitant chez vous par Facebook.
À partir du 15 juin et jusqu'au 28 juin, tous les jours à 18 h, retrouvez Matiu Fauré pendant quelques minutes.
Nous mettrons en ligne quatorze vidéos sur ce sujet.
Après chaque épisode, Matiu sera présent pour répondre à vos commentaires : questions, réactions ou réflexions car il y aura effectivement beaucoup à dire et à partager.
Nous parlerons de la fête mais aussi de toutes les questions et problématiques qui se posent autour de tout cela.
En parallèle, nous vous préparons une nouvelles page internet avec tout ce qu'il faut savoir sur la fête du solstice d'été, tout ce qu'il s'est passé depuis le 1er décembre 2015 et le classement UNESCO. Vous y trouverez également de la documentation plus détaillée sur le sujet…


Une EOC


Ua platafòrma multimedia tara cultura gascona !


A hum ! Coma « a hum de calhaus ! » Atau s'apèra era tota navèra platefòrma de difusion de medias en gascon creada pera associacion Imatges de Gasconha. Aqueth espaci dedicat cap e tot ara cultura gascona que vos va perméter de trobar ua gran causida de contenguts en lenga nòsta en linha.
A Hum qu’ei alavetz ? Qu'ei prumèr ua equipa de realizators, de jornalistas, de benevòles qu'aiman e que vòn hèr partatjar era Gasconha. A Hum qu’ei ua expression : exprimar ua tèrra, ua lenga, ua faiçon de víver. Conscients deth manca grèu de visibilitat e d'accesibilitat que'n pateish era paraula gascona, aqueths actors de terrenc qu'an decidat de federà's ath torn d'aqueth navèth media qu'arrespon a donc a un besonh vertadèr !

Plan concretament, que son quate associacions – Eth Ostau Comengés, Féderation Vivre au Pays-Radiò País, Nosauts de Bigòrra e Numériculture-Gascogne – que mutualizan eras suas produccions audiovisualas entà auherir un media internet tot consacrat ara creacion gascona.
Que vos seràn proposadas per aqueth hialat rubricas divèrsas que seràn regularaments renoveladas peths diferents partenaris e que i poderatz trobar tot çò que's hè de mès bon en gascon : captacions de concèrts, portrèts, films e documentaris etnografics, emissions de radiò, cronicas, gasconadas, entà arríder e plan d 'autas causas encara !

Que troberatz totas eras informacions d'accès e procèsses d'abonament dirèctament peth siti !

Alavetz rendètz-vos aquiu : www.ahum.fr/

Une plateforme multimédia pour la culture gasconne !


A hum !Comme « a hum de calhaus ! » Tel est le nom de cette nouvelle plateforme de diffusion de médias en gascon crée par l'association Imatges de Gasconha. Cet espace intégralement dédié à la culture gasconne va vous permettre d'acéder à un grand choix de contenus dans notre langue et en ligne.
A Hum qu’est-ce que c'est alors ? C'est avant tout une équipe de réalisateurs, de journalistes, de bénévoles qui aiment et veulent faire partager la Gascogne. A Hum c'est une expression : Exprimer une terre, une langue, une façon de vivre. Conscients du manque cruel de visibilité et d'accessibilité dont souffre la parole gasconne, ces acteurs de terrain ont décidé de se fédérer autour de ce nouveau projet qui répond donc à un véritable besoin !

Plus concrètement ce sont quatre associations – Eth Ostau Comengés, Féderation Vivre au Pays-Radiò País, Nosauts de Bigòrra et Numériculture-Gascogne – qui regroupent leurs productions audiovisuelles pour offrir un média internet entièrement consacré à la création gasconne.
Cette réalisation se donne pour objet de répondre à une demande Vous seront proposées par ce réseau des rubriques diverses qui seront régulièrement alimentées par les différents partenaires et vous pourrez y trouver tout ce qu'il se fait de mieux en gascon : captations de concerts, portraits, films et documentaires ethnographiques, émissions de radio, chroniques, gasconnades, pour rire un peu, et bien d'autres choses encore !

Vous trouverez toutes les informations d’accès et les formalités d'abonnement sur le site internet.

Alors rendez-vous sur : www.ahum.fr/


Une EOC



Que trebalham entà deman !


Demèst totas eras produccions deth Ostau Comengés que podetz trobar sus http://www.oralitatdegasconha.net, ena botiga en linha o sus era basa de dadas que partatjam dambe eth nòstes amics de Nosauts de Bigòrra, que i a tota un mirgalhadís de petites tresaurs, e que vau era pena d'anar hurgar de temps en temps, entà véder eras nautats o tot simplament préngeur eth temps de tornar escotar, auèitar o líger aqueths documents qu'avem dejà.

Ja mos entenèrem a díguer mès d'un còp, e ça'm par vosautes tanben, que hèvan un bricalh de « bèth temps a », çò que cau interpretar coma un passeïsme reductor, fossilisar o museificar ua cultura a un atge d'aur perdut e amassà'n erasbrasas encara caudas o aumens vivas en cap dera gent que van encontrar.

Se hèm justament tot ath long deth an aqueth trabalh de recuelh deth PCI, qu'ei en un prumèr temps entà sauvar ua cultura en dangèr , o en tot cas en gran mutacion, ua vision endemica deth mon, mès qu'ei sustot en nòste cap ua matèria viva e fertila entà pensar e noirir era nòsta reflexion sus era identitat occitana, gascona e pirenenca e encotatjar ua reapropriacion. Qu'ei tanben de portar responsas aras questions que's pausan ara societat occitana d'aué quan parlam de pedagogia, de societat, de politica ath sentit prumèr dera causa, de desvelopament locau e durable, d'economia...etc.

E justament que i vedem uas quantas tralhas que podem seguir.

Se parlam de memòria per exemple, que trobatz un hèish de testimoniatges sus era istòria e mes que tot sus eras guèrras, viscudas o vistas dempús ací. Que vedem era istòria tau coma e's passèc e pas coma la mos ensenhèren oficialament que mos arredem compde que i a discorses plan diferents, diferentas, sustot quan i botem eth uman en prumèra plaça e que pensam era causas d'a on mos trobam e pas dempús ua captila per exemple. Aquiu dessús que podetz véder o tornar véder Eras hemnas dera Baderca e auèitar eths darrèrs libes sortits : Ceux de Betchat dans la Grande Guerre e Les Couserannais racontent 39-45.

Tot aquò que ven esclairar tot eth trabalh de memòria dambe ua mirada navèra se pensam per exemple ath trabalh miat pera equipa deths Camins dera Libertat e totas eras iniciativas de cooperacions transfrontereras que vedem es.hlorir un bricalh pertot dempús quauquas annadas.

Se tornatz a auèitar eth libe-CD de Domenge Barés Entram Milhars e Shenh, ger, ué deman o encara Entà Sent Joan, era dalha ena man, qu'ei aquiu clar en tot partir d'aquera matèria cuelhuda sus eth terrenc, que devem miar e tostemps aprengondir era reflexion sus ço qu'ei estat era nòsta evolucion pendent sègles o sonque entram duas generacions, saber díguer çò que hè çò que sòm e après imaginer solucions o proposicions adapatadas ara nòsta realitat e poder respóner aras problematicas de ara, las que mos tòcan directament.

Qu'avem dejà parlat ací de valoritzar nosautes madeishes çò qu'eras elitas autoproclamadas superioras mespresan autanplan de còps coma era gent deth país pr'aquò portaira d'aqueth eretatge. Era publicacion sus Era Sent Joan en Comenge e Varossa, qu'ei plan apreciada e que vedem a madurar eths fruts d'aqueres esfòrçes collectius. Era reconeishença pera UNESCO d'ua hèsta nòsta mès tanben d'eras nòstas contribucions en aqueth aubiatge internacionau mos hèn prénguer conciéncia encara mès deth sens dera nòsta mission e dera nòsta fonccion de referent culturau tath Comenge que sia localament o mès enlà. Mès eth camin qu'ei encara long e eths camps d'exploracion immenses ! Mès coma digèren ath IV Simposi internacional de focs festius a la Mediterrània, en noveme passat a Andorra la Vella : « tant que poscam, que contunheram ! ».

Matiu Fauré


Nous travaillons pour demain !


Parmi toutes les productions d'Eth Ostau Comengés que vous pourrez trouver sur http://www.oralitatdegasconha.net dans notre boutique en ligne ou dans notre base de données que nous partageons avec nos amis de Nosauts de Bigòrra, il y a une multitude de petits trésors, et ça vaut vraiment la peine de les parcourir régulièrement, aller voir les nouveautés ou tout simplement prendre le temps d'écouter, de regarder ou de lire des documents que nous connaissons déjà.

Nous nous sommes déjà entendu dire plusieurs fois, et sans doute cela vous est-il arrivé de l'entendre vous aussi, que nous faisions un peu de « bèth temps a », ce que l'on peut traduire par un certain passéisme réducteur, fossiliser ou muséifier une culture à un âge d'or perdu et en collecter les braises encore chaudes ou du moins vivantes dans l'esprit des gens que nous rencontrons.

Si nous faisons justement tout au long de l'année ce travail de recueil du PCI, c'est avant tout pour sauver une culture en danger, ou en tous cas en grande mutation, une vision endémique du monde, mais c'est surtout, dans notre esprit, une matière vivante et fertile pour penser et nourrir notre réflexion sur l'identité occitane, gasconne et pyrénéenne et encourager sa récupération. C'est aussi apporter des réponses aux questions qui se posent dans la société occitane d'aujourd'hui lorsqu'il faut parler pédagogie, société, politique au sens premier du terme, développement local et durable, économie etc…

Et justement nous y retrouvons des pistes que nous pouvons suivre.

Si nous parlons de mémoire par exemple, vous trouverez quantité de témoignages sur l'Histoire et surtout sus les conflits armés, vécus ou vus depuis ici. Nous y voyons l'Histoire telle qu'elle s'est passée et pas forcément telle qu'on nous l'a enseignée officiellement. Nous nous rendons compte qu'il y a des discours bien différents, surtout si nous mettons l'accent sur l'humain et si nous pensons les choses depuis là où nous nous trouvons et non depuis une capitale par exemple. Sur cette question, vous pouvez aller voir ou revoir Eras hemnas dera Baderca et les derniers ouvrages parus : Ceux de Betchat dans la Grande Guerre et Les Couserannais racontent 39-45.

Tout ceci vient éclairer tout le travail de mémoire avec une lumière nouvelle, nous pensons par exemple au travail mené par l'équipe des Chemins de la Liberté et toutes les initiatives de coopération transfrontalières que l'on voit se mettre en place un peu partout ces dernières années.

Si nous nous replongeons dans le livre-CD de Dominique Barés Entram Milhars e Shenh, ger, ué deman ou encore Entà Sent Joan, era dalha ena man, il apparaît clairement qu'à partir de cette matière première issue du terrain, nous devons intensifier la réflexion sur ce qui a été notre évolution, que ce soit à l'échelle des siècles ou seulement à l'échelle de deux générations, savoir dire ce qui fait ce que nous sommes et après pouvoir imaginer les solutions ou les propositions adaptées à notre réalité et pouvoir répondre aux problématiques du moment, celles qui nous concernent directement.

Nous avons déjà parlé ici de valoriser nous-mêmes ce que les élites autoproclamées supérieures méprisent, comme parfois les gens du pays eux-mêmes, bien qu'ils soient porteurs de cet héritage. La publication sur Era Sent Joan en Comenge e Varossa connaît un succès qui ne se dément pas, nous y voyons là le signe que les efforts collectifs commencent à porter leurs fruits. La reconnaissance par l'UNESCO d'une fête qui nous est propre ainsi que de nos contributions au niveau des rencontres internationales, nous font encore davantage prendre conscience du sens de notre mission et de notre rôle de référent culturel pour le Comminges tant au niveau local qu’international. Mais le chemin sera long et les champs d’investigation immenses mais comme nous l'avons dit en novembre dernier a Andorra la Vella lors du IV Simposi internacional de focs festius a la Mediterrània, : « tant que nous pourrons, nous continuerons !».



Mathieu Fauré


Une EOC


Aurinhac
Viatge occitano-catalan entaths collegians



Deth 4 ath 7 de heurèr, 18 gafets de 4au deth collegi Émile-Paul Vayssié d’Aurinhac que participèren a un viatge escolari en Catalonha, daguens un projècte pedagogic organizat peths professors d’Occitan e de Latin. Gràcia ad aqueth « parcors romanic », aqueres joens comengeses que horen sensibilizats ara parentat lingüistica entram eras lengas romanicas e, pendent eth viatge, que poderen botar en practica eras lors coneishenças e familiarizà’s in situ dambe era cultura catalana, sustot qu’èran lotjats a çò de familhas catalanofònas. Que poderen tanben practicar uns quantes còps eth occitan, com quan horen entrevistats per un jornalista de Barcelona Televisió e pendent un talhèr de danças tradicionalas occitanas e catalanas, animat per Joan Codina, musician catalan que balhèc totas eras explicacions en gascon.
Eth viatge que voliá tanben ensenhar eras arrelacions estretas qu’unissen, dempuish bèra estona a, eras tèrras occitanas e catalanas, en tot partir d’un eretatge comun, eth deth Empiri Roman. En aqueth sens, era visita de Tarragona que hoc particularament esclairanta. Eras arrelacions occitano-catalanas ara Edat Mejana que horen tanben evocadas, notadament pendent era visita deth Musèu d’Istòria de Catalonha. Eras especificitats dera cultura catalana non horen pas tanpòc desbrembadas : era visita dera Casa dels Entremesos que permetec de parlar deths Gegants e eth rencontre dambe eths Castellers de Barcelona qu’impressionèc fòrça eths eslhèves. Eth viatge qu’aviá tanben coma tòca de descobrir eth art moderne – visita deth Palau Güell e deth musèu Dalí – sense deishar de costat eras sciéncias, dambe era descobèrta deth Cosmocaixa, on eths gafets poderen realizar experiéncias ludicas e traversar un bòsc tropicau !
Que cau senhalar eth plan bon estat d’esprit deths eslhèves qu’arrepresentèren coma cau eth lor establiment pendent aqueres quate dias. Que les cau ara realisar un carnet de viatge, dambe comptes- renduts deras visitas, impressions, illustracions e petits objèctes personaus. Aqueris trebalhs, acompanhats d’un diaporama, que seràn presentats aths lors parents en fin d'annada escolària.


Aurignac
Voyage occitano-catalan des collégiens



Du 4 au 7 févirer, 18 élèves de 4e du collège Émile-Paul Vayssié d’Aurignac ont participé à un voyage scolaire en Catalogne, dans le cadre d’un projet pédagogique organisé par leurs professeurs d’Occitan et de Latin. Grâce à ce « parcours roman », ces jeunes commingeois ont été sensibilisés à la parenté linguistique entre les langues romanes et, durant ce voyage, les élèves ont pu mettre en pratique leurs connaissances et se familiariser in situ avec la culture catalane, d'autant plus qu'ils étaient logés dans des familles catalanophones. Ils ont pu aussi pratiquer l'occitan à plusieurs reprises, notamment quand ils ont été interviewés par un journaliste de Barcelona Televisió et lors d’un atelier de danses traditionnelles occitanes et catalanes, animé par Joan Codina, musicien catalan qui a donné toutes les explications en gascon.
Le voyage avait aussi pour but de montrer les étroites relations qui unissaient – et qui unissent toujours – les terres occitanes et catalanes, à partir d’un héritage commun, celui de l’Empire Romain. En ce sens, la visite de Tarragonne a été particulièrement éclairante. Les relations occitano-catalanes au Moyen Âge ont aussi été rappelées, notamment lors de la visite du Musée d’Histoire de Catalogne. Les spécificités de la culture catalane n’ont pas non plus été oubliées : la visite de la Casa dels Entremesos a permis de parler des Gegants et une rencontre avec les Castellers de Barcelona a beaucoup impressionné les élèves. Le voyage avait aussi pour but l’art moderne – visite du Palau Güell et du musée Dalí – sans oublier les sciences, avec la découverte du Cosmocaixa, où les élèves ont pu réaliser des expériences ludiques et traverser une forêt tropicale !
Il convient de signaler le très bon état d’esprit des élèves qui ont dignement représenté leur collège durant ces quatre jours. Ils doivent à présent réaliser un carnet de voyage, avec comptes rendus des visites, impressions, illustrations et petits objets personnels. Ces travaux, ainsi qu'un diaporama, seront présentés à leurs parents en fin d'année scolaire.
Une Aurignac

Informacions :


tel. : 05 61 04 49 24
www.ostaucomenges.org
@ : contact@ostaucomenges.org
www.facebook.com/ethostau.comenges
Entà véder eras nòstas actualitats, clicar ací

Entà contactar-mos : contact@ostaucomenges.org

Arretrobatz eras nòstras produccions (libes, libes-CD, DVD) ena nòstra botica en linha
http://www.oralitatdegasconha.net